Belgique

Moins violentes que par le passé, ces bandes sont surtout basées à Bruxelles.

L’époque où les agressions entre bandes urbaines rivales faisaient régulièrement la Une de l’actualité est heureusement révolue. En neuf ans, de 2005 à 2014, on déplorait pas moins de dix-sept morts liés à ces conflits, principalement à Bruxelles. Aucun décès n’a été constaté depuis lors par la police.

Le nombre de membres de ces bandes urbaines a lui aussi fortement diminué. D’un millier de jeunes adhérant à ces groupes en 2013, on est passé à exactement 358 membres aujourd’hui. C’est ce qui ressort de chiffres communiqués par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon en réponse à une question parlementaire. “Parmi ces 358 auteurs enregistrés avec un statut BU par la police, 28 sont mineurs, 187 ont entre 18 et 25 ans, 132 entre 26 et 35 ans et 11 sont plus âgés que 35 ans.”

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.