Belgique

Le sociologue flamand Jan Hertogen est le seul à suivre l’évolution statistique des flux humains entrant et sortant de Belgique. Voici quinze jours, la branche statistique du SPF Économie lui a transmis les données chiffrées de l’immigration 2011 et 2012. Sur un plan global, 694.895 étrangers se sont installés en Belgique entre 1999 et 2012. 536.009 ont quitté le pays. Jan Hertogen a mis ces données en relation avec celles qu’il collecte depuis 1999. L’occasion d’en tirer certains enseignements, notamment sur l’évolution des flux entrants et sortants de certaines nationalités.

Les Marocains

De moins en moins de Marocains émigrent en Belgique. La tendance est franche depuis le pic de 2010 (10.172 Marocains arrivés en Belgique contre 2.095 en 2012). Jan Hertogen lie cette diminution au durcissement des pouvoirs publics au sujet du regroupement familial.

Les Espagnols

Jusqu’en 2005, le solde d’Espagnols en territoire belge était négatif. Puis, la tendance s’est inversée, pour croître plus fortement dès 2008. En 2012, 4.000 Espagnols se sont installés en Belgique. "C’est clairement lié à la crise économique survenue dans ce pays."

Les Italiens

Cela fait neuf ans que les Italiens reviennent en Belgique. Avant, le solde était négatif. "Selon moi, cette nouvelle immigration italienne est structurelle."

Les Turcs

L’immigration turque en Belgique décroît de façon constante depuis 2002. "La Turquie est en train de se développer d’une façon qu’on ne peut pas imaginer", note Jan Hertogen. "Les pics d’immigration les plus élevés étaient liés à la question kurde. Comme ils jouissent d’une plus large émancipation aujourd’hui, ils n’ont plus tendance à émigrer. La Turquie a également connu une migration assez importante des Turcs assyriens mais c’est terminé."

Les Syriens

Les Syriens de confession chrétienne commencent à venir en Belgique (537 en 2012 contre à peine plus de 300 en 2007). L’influence de la guerre en Syrie est évidente. "Les Syriens s’installent surtout à Malines car c’est là que se trouve l’administration centrale de l’Église catholique. Pour les mêmes raisons mais à une autre époque, les Arméniens ont suivi le même chemin vers Malines. À tel point qu’aujourd’hui, 1 % des Malinois sont d’origine arménienne."

Les Allemands

Contrairement aux Français ou Hollandais débarquant en Belgique pour son climat fiscal doux et rassurant, les Allemands ne viennent plus vivre en Belgique. "Peut-être parce qu’en Allemagne, c’est encore mieux qu’en Belgique !"

Les Polonais

L’immigration polonaise diminue depuis 2007. "À l’instar de la Turquie, le dynamisme économique de la Pologne incite peut-être moins les Polonais à quitter leur pays."

Les Roumains

Ils sont de plus en plus nombreux à venir s’installer en Belgique. Mais Jan Hertogen estime que cela ne durera pas. "L’immigration de tous les pays de l’Est va se stabiliser puis diminuer, prédit le sociologue. Là encore parce que la situation économique de ces pays va se dynamiser largement."