Belgique

55 candidats supplémentaires ont été déclarés en réussite ce jeudi par le Jury de l'examen d'entrée aux études en sciences médicales et dentaires en Fédération Wallonie-Bruxelles du 8 septembre 2017, annonce l'Ares dans un communiqué de pressE. Au terme de la délibération de ce jeudi, le nombre de lauréats de l’examen est porté de 641 à 696 et le taux de réussite à l'épreuve de 18,47 % à 20,04 %.

"Une erreur matérielle"

"En dépit des contrôles dont ont fait l'objet les résultats au premier examen d'entrée aux études en médecine et dentisterie en Fédération Wallonie-Bruxelles, une erreur matérielle impactant les résultats de 55 candidats qui auraient initialement dû être déclarés en situation de réussite a été décelée", annonce l'Ares.

L'erreur a été détectée dans la retranscription des réponses d’un questionnaire de physique, laquelle servait à effectuer le corrigé. "Elle a été immédiatement signalée et a fait l’objet d’une analyse approfondie pour en identifier l’origine et l’ensemble des résultats à nouveau vérifiés".

L'examen de physique était effectivement le plus complexe pour les canditats. Alors que près de 80 % des candidats ont obtenu plus de 8/20 en physique, chimie et biologie, il ne sont que 29,21% à avoir atteint ce seuil de réussite lors de l'examen de physique. La moyenne globale des notes des élèves pour cet examen s'élève à 5,46/20.

Les 55 candidats aux études de médecine et de dentisterie ont tous été personnellement contactés et leur attestation de réussite leur sera fournie dans les plus brefs délais.

Une séance de consultation des copies bientôt organisée

Une séance de consultation des copies d'examen est, par ailleurs, prévue dans les prochains jours, annonce l'Ares. "Elle permettra à l'ensemble des candidats qui le souhaitent de visualiser leurs formulaires de réponse au regard du questionnaire correspondant. Elle n'impliquera pas l'organisation d'une nouvelle délibération par le Jury, la voie de recours individuel restant celle confirmée par l’ARES aux candidats, à savoir le Conseil d'État".