Belgique

En juin 2012, 4.000 personnes de plus qu’en juin 2011ont bénéficié de ces indemnisations ! “Une évolution inquiétante”, selon l’Inami

BRUXELLES L’Institut national d’assurance maladie-invalidité (Inami) n’a jamais fait face à une telle situation. Les maladies mentales – à plus forte raison les dépressions, les troubles bipolaires et la schizophrénie – font de plus en plus de victimes parmi les Belges.

Ainsi, de juin 2011 à juin 2012 – soit les derniers chiffres disponibles obtenus en exclusivité par la DH –, près de 95.000 personnes ont été indemnisées pour des troubles psychosociaux. Soit 4.000 de plus qu’en juin 2011 (91.000 bénéficiaires) et 9.000 de plus qu’en 2010 (86.000)!

On parle ici des personnes qui sont sorties du marché du travail depuis plus d’un an, qui représente une période d’incapacité primaire. L’Inami leur octroie ensuite une pension d’invalidité.

Ces 95.000 dossiers liés à des troubles mentaux représentent “30 à 35 % des demandes d’indemnisations de l’Inami !” , contextualise le directeur général du Service des indemnités de l’Inami, François Perl.

Comment qualifieriez-vous cette évolution ?

“C’est une croissance énorme , et ces statistiques inquiétantes peuvent s’expliquer par trois facteurs . Primo, le stress et la dépression sont à présent reconnus comme des pathologies pouvant justifier un arrêt de travail, y compris par les médecins. Deuxio, les malades sont plus sévères qu’avant et cela nécessite une prise en charge plus longue. Et tertio, toutes les crises influencent fortement ces chiffres, dont celle de 2008, qui a eu un impact considérable sur le nombre de personnes mises au chômage, qui ne voient pas le bout du tunnel et se sentent complètement abandonnées.”

Le contexte actuel par rapport aux licenciements chez Ford Genk pourrait-il faire gonfler ces statistiques ?

“Cela va clairement les faire grimper à l’avenir. Certaines personnes ont travaillé chez Ford Genk toute leur vie. Après de tels licenciements secs et l’absence d’espoir pour un certain nombre de retrouver un boulot, j’ai bien peur que cela ne crée de nombreuses dépressions…”

Quels sont les profils les plus touchés ?

“Les 40-55 ans, indéniablement. Mais les jeunes sont de plus en plus nombreux à se faire indemniser. La proportion d’ouvriers est stable mais on reçoit de plus en plus de demandes d’employés qui souffrent de burn out. L’Inami constate également une légère augmentation de femmes souffrant de troubles psychosociaux, tandis que la proportion des hommes stagne.”

Combien de journées ont-elles été indemnisées par les mutuelles ces dernières années ?

“Consécutivement à des troubles mentaux en Belgique, on compte 35 millions en 2012, 32,7 millions journées en 2011 ! Et environ 30 millions en 2010…”



© La Dernière Heure 2012