À la plaine de jeu, le néerlandais sinon rien

R. Le. Publié le - Mis à jour le

Belgique

Dans le règlement des plaines et garderies, il y est prévu que les enfants ne peuvent parler une autre langue que celle de Vondel

ZAVENTEM Ulcéré. Patrick Van Cauwenberghe, conseiller communal de l’Union francophone (UF) à Zaventem, n’en revient toujours pas. La semaine dernière, lui et les autres élus ont été amenés à voter le règlement des plaines de jeux et garderies.

Un règlement dans lequel l’article 7 prévoit que “dans la plaine de jeux et à la garderie, seul le néerlandais peut être parlé, aussi bien par les animateurs, les parents que par les enfants.” Même entre eux.

“Indigné, j’ai demandé à Monsieur Ockermans (échevin des Sports et de la Jeunesse Open VLD, NdlR), s ’il connaissait l’Article 21 de la Charte Européenne des Droits du Citoyen. Je lui ai même lu, dans son idiome, ce texte qui interdit toute discrimination basée, entre autres, sur la langue.”

Un silence pour unique réponse lui est adressé. Et le conseiller UF de taper encore davantage sur le clou en rappelant l’article 30 de la Constitution, qui consacre le libre choix de la langue. Re-silence.

“En français, cette fois, j’ai demandé Et que ferez-vous si des bambins de 3 ou 4 ans parlent entre eux le français  ? Vous leur donnerez des claques, peut-être ? ” Huées dans l’assistance !

Un comportement que Patrick Van Cauwenberghe interprète non pas en réaction à la tenue de ses propos mais bien vis-à-vis de son choix linguistique.

L’ensemble des partis flamands (CD&V/N-VA, Open VLD, SP.A, Groen, ex-Vlaams Belang) ont voté en faveur de ce règlement. Sans surprise, l’Union francophone s’y est opposée. “Voilà ce qu’il nous pend au nez”, analyse le francophone, alors que la scission de BHV va devenir une réalité et que le scrutin communal aura lieu dans moins de cinq mois. “La majorité (Open VLD, CD&V/N-VA, NdlR) se sent forte”.

Les élus UF comptent porter plainte auprès de la Commission permanente de contrôle linguistique. Avant, éventuellement, de rapporter le problème auprès des élus régionaux.

Patrick Van Cauwenberghe a aussi contacté la Commission européenne pour l’informer de la situation. L’Europe subsidie les Fêtes européennes (Europeese feesten) qui ont eu lieu dans la commune. Elles sont basées, entre autres, sur l’ouverture et la rencontre entre diverses cultures...



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner