Belgique

Vice-président des socialistes bruxellois et chef de groupe PS à la Chambre, le Koekelbergeois Ahmed Laaouej étrille la droitisation de certains libéraux.

Chef de groupe PS à la Chambre, vice-président du Parti socialiste bruxellois, le Koekelbergeois Ahmed Laaouej dispose d’une vue particulière de l’impact des mesures du fédéral sur la Région bruxelloise. Il met en garde les Bruxellois contre la volonté de la N-VA de tuer Bruxelles. Et accuse le MR de marcher droit dans les bottes de son partenaire fédéral. Interview.

Le gouvernement Vervoort est fort critiqué ces derniers temps. Pascal Smet en premier lieu mais aussi le ministre-président, notamment pour son manque de leadership. Justifié ?

“Ces critiques viennent essentiellement de Didier Reynders. On le sait. Didier Reynders, c’est la politique du venin. Cela ne mène à rien. Il s’en prend au gouvernement bruxellois, à Rudi Vervoort en particulier. Il s’en prend aussi à Olivier Maingain, ai-je lu récemment. Bref, il s’en prend un peu à tout le monde de manière assez agressive. Soit. Je rappelle que cette arrogance ne l’a pas particulièrement conduit au succès, en particulier lorsqu’il était encore à Liège. Aujourd’hui, on ne peut pas dire non plus qu’à Uccle, ce soit une grande réussite pour le MR. Mais bon, Didier Reynders a beau dire ce qu’il veut. Ce qui est important, ce sont les résultats concrets.”

Vous estimez que le bilan du gouvernement bruxellois est positif ?

(...)