Belgique

Air Belgium compte lancer six nouvelles destinations vers la Chine en plus de la première vers Hong Kong, dont le lancement est prévu fin mars, a annoncé mercredi la compagnie aérienne belge à l'occasion de l'officialisation de son installation "exclusive" à l'aéroport de Charleroi.

Pour ce faire, elle opérera ses vols avec quatre avions dans un premier temps et ambitionne d'atteindre 500.000 passagers transportés par an. Elle n'exclut pas ensuite de se tourner vers l'Amérique du Nord et du Sud. Outre Hong Kong, qui sera relié à Charleroi quatre fois par semaine dès la fin mars, les six nouvelles destinations seront toutes chinoises. L'Asie est en effet le marché sur lequel se concentrera la compagnie pour les quatre années à venir, explique son CEO Niky Terzakis. De 60 à 70% des revenus de la compagnie sont générés en Asie, d'après lui.

"Avec nos quatre premiers appareils (qui seront en leasing dans un premier temps, ndlr), nous souhaitons atteindre 500.000 passagers transportés sur une année. Mais on ne s'arrêtera pas là", prévient le patron d'Air Belgium.

Une fois ce délai passé, l'entreprise n'exclut pas de se tourner vers l'Amérique du Nord et du Sud, toujours au départ de Charleroi. L'accord entre les deux parties les lie en effet pour dix ans et leur ambition commune est dès lors aussi de changer l'étiquette 'low-cost' de l'aéroport wallon.

"Nous voulons développer ensemble des services innovants pour le voyageur et lui proposer certaines possibilités qui ne sont pas offertes ailleurs en Belgique mais qui répondent à ses demandes", affirme Niky Terzakis, sans en dire davantage.

Les deux premiers des quatre avions aux couleurs d'Air Belgium seront livrés dans les 15 jours. Tous devraient être en service pour la fin juin afin de desservir un total de sept destinations.


Un investissement de six à sept millions d'euros pour l'aéroport carolo

L'installation à l'aéroport de Charleroi de la compagnie aérienne Air Belgium représente un investissement de six à sept millions d'euros pour Brussels South Charleroi Airport (BCSA), a indiqué mercredi son administrateur délégué Jean-Jacques Cloquet. Un montant dans lequel n'est pas inclus le coût de l'allongement de la piste. Cela se fera sur nos fonds propres, a-t-il précisé. Il faut en effet adapter les installations et acquérir un matériel adéquat pour traiter les avions. En accueillant pour la première fois une compagnie aérienne opérant des vols long courrier, l'aéroport veut montrer qu'il est apte à devenir une plateforme de hub, où les passagers ne seraient parfois qu'en transit entre une destination européenne et une autre plus lointaine. Mais une telle démarche suppose quelques contraintes d'aménagement des infrastructures. "Tout sera fait pour assurer des conditions d'accueil optimales pour chacun des passagers dès les premiers vols", assure-t-il toutefois.

Dans le détail, un nouveau lounge, dont les travaux débuteront en mai et dureront un an, et une nouvelle zone commerciale verront le jour dans le Terminal 1, de même que des douanes adaptées. Un terminal Premium fera son apparition à l'actuel terminal Sud (Executive Aviation Terminal) pour satisfaire les besoins des voyageurs des classes business et premium. "Ils pourront y bénéficier d'un parking dédié avant de s'enregistrer, passer la douane et embarquer dans l'avion en 20 minutes", promettent Air Belgium et BSCA.

"Grâce à la venue d'Air Belgium, nous entrons dans une nouvelle ère et intégrons une nouvelle catégorie d'aéroports", s'est réjoui Laurent Levêque, le président de BSCA. "Si on était resté au statu quo, on aurait régressé", selon lui.

L'évolution du secteur montre qu'il fallait développer l'international et les longues distances, a renchéri Jean-Jacques Cloquet.

Le budget de 6 à 7 millions d'euros ne tient par contre pas compte des travaux d'allongement de la piste de l'aéroport carolo. Pour l'été 2021, la longueur de celle-ci passera de 2.500 mètres à 3.200 mètres, une distance nécessaire pour accueillir adéquatement des avions long courrier.