Belgique

L'Eau Noire, l'Eau Blanche et leurs affluents et le Viroin dans la région de Couvin sont en phase d'alerte de crue, tout comme la Lesse et Lhomme, à la suite des précipitations abondantes mardi, peut-on lire mercredi matin sur le site de la Direction générale des Voies hydrauliques de la Région Wallonne. La Senne et ses affluents, le canal Charleroi-Bruxelles, la Haute-Sambre et ses affluents, l'Eau d'Heure, la Vierre et la Haute-Meuse et ses affluents sont par ailleurs en phase orange de pré-alerte de crue.

Dans la province de Namur, à Couvin, la tendance à la hausse se poursuivra toute la matinée et les niveaux pourront monter de 20 à 50 cm entre 7h00 et midi, avec un pic attendu à Treignes dans l'après-midi. Pour la Haute-Lesse et la Basse-Lesse, le pic est attendu respectivement vers 10h00 et dans l'après-midi. La montée de Lhomme est pour l'instant ralentie à Jemele, précise la Direction générale. Le pic est attendu vers 10h00.

Concernant la Senne et ses affluents, le pic de crue est prévu durant la matinée mais devrait rester inférieur au seuil d'alerte. Les intempéries qui ont touché le pays mardi engendrent une hausse généralisée du niveau des cours.

Découvrez la carte de la situation fournie par la direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques (crédit)


Le canal Charleroi-Bruxelles toujours en pré-alerte de crue à Tubize

A la suite des importantes précipitations survenues mardi dans le Brabant wallon, la phase de pré-alerte de crue a été activée pour le canal Charleroi-Bruxelles à Tubize, indiquent les pompiers locaux, qui précisent que le niveau de la Senne tend par contre à diminuer. La pré-alerte de crue a été déclenchée mardi vers 22H00 pour le canal Charleroi-Bruxelles. Peu après-minuit, le bassin de la Senne et ses affluents se trouvaient également en pré-alerte.

Mercredi en fin de matinée, les pompiers tubiziens ont été avertis que le niveau de la Senne tendait à baisser. Aucune inondation n'a été constatée dans la région.


Une centaine d'interventions à Couvin

Les pompiers de Couvin ont effectué une centaine d'interventions depuis mardi, ont-ils indiqué mercredi. Plusieurs cours d'eau de la province de Namur sont en phase d'alerte de crue à la suite des précipitations abondantes mardi. Plusieurs habitants ont dû être évacués. "On n'arrête pas depuis mardi 18h00", ont rapporté les pompiers, qui sont intervenus principalement pour des vidanges de caves, des routes inondées, des toitures qui s'envolent ou d'autres qui percent.

La hausse du niveau de l'Eau Noire devrait continuer jusque midi, c'est pourquoi les pompiers "se reposent un peu" actuellement, tout en restant "sur le pied de guerre". "Nous comptabilisons déjà une centaine d'interventions à cause de cette tempête. Nous repartirons au travail en début d'après-midi", ont-ils ajouté.Ces inondations n'ont pas fait de blessé, mais des résidents du site d'habitat permanent du Caillou d'Eau ont dû être évacués par mesure de précaution.

Des sacs de sable sont par ailleurs distribués par la commune de Couvin depuis mercredi matin pour les personnes qui en auraient besoin.


Les pompiers de Fosses-la-Ville fortement sollicités pour des inondations

Les pompiers de Fosses-la-Ville, en province de Namur, ont mené une trentaine d'interventions dans la nuit de mardi à mercredi pour des inondations dans des habitations et sur la voie publique dans les trois communes de leur zone, soit Fosses, Floreffe et Mettet, à la suite des fortes pluies, indique-t-on à la caserne. Les pompiers de Sambreville ont réalisé également quelques vidanges de caves durant la nuit et en matinée. "Les gens se réveillent et se rendent compte petit à petit que leurs caves sont inondées", rapporte un pompier.

A Namur, les hommes du feu ont travaillé mercredi jusqu'à 5h00 pour des avaloirs bouchés et des arbres à tronçonner. Au total, ils ont mené une cinquantaine d'interventions en 24 heures.

Les zones de Gembloux et d'Andenne ont été plutôt épargnées par les fortes pluies tandis que les pompiers d'Eghezée ont mené trois interventions pour des toitures envolées et des avaloirs bouchés.

120.000 foyers sans électricité en France

Quelque 120.000 foyers étaient privés d'électricité mercredi matin en France après le passage de la perturbation "Dirk" en région Rhône-Alpes dans la nuit, qui a provoqué de nouvelles coupures, selon ERDF.

Le gestionnaire du réseau d'alimentation électrique de proximité estime pouvoir raccorder "90%" de ces clients d'ici la fin de journée, a indiqué son porte parole à l'AFP. Un nouveau coup de vent aux alentours de 03H00/04H00 du matin en vallée du Rhône a provoqué des dégâts supplémentaires sur le réseau, a indiqué ce porte-parole pour expliquer une augmentation du nombre de foyers dont le courant est coupé.

Dans la soirée de mardi, ERDF annonçait 82.000 foyers non raccordés, contre 240.000 en début de journée dans une grande bande nord et ouest, auxquels s'étaient ajoutés 45.000 foyers dans une bande est de l'Auvergne à l'Alsace. Dans l'Ouest, 50.000 foyers ne sont toujours pas alimentés, principalement en Bretagne.

En vallée du Rhône, 53.000 logements ne sont plus raccordés. Le département le plus touché est l'Ain, avec 11.000 clients touchés, selon ERDF. Les clients de l'Auvergne et de l'Est devraient être raccordés dès "le début d'après-midi", assure le porte-parole. Plus de 2.000 agents d'ERDF sont sur le terrain.