André Flahaut opposé à la suppression de l'Institut des Vétérans

Publié le - Mis à jour le

Belgique

"Bien que contraires à la déclaration gouvernementale, des velléités de suppression de l'Institut des Vétérans se font jour"

BRUXELLES Le président de la Chambre, André Flahaut (PS), a dénoncé lundi des "vélléités" de suppression de l'Institut des Vétérans pour des raisons budgétaires, parfois évoquée au sein de groupes de travail gouvernementaux sur le budget. "Bien que contraires à la déclaration gouvernementale, des velléités de suppression de l'Institut des Vétérans se font jour. Certes, ses compétences actuelles seraient réparties entre diverses administrations mais cela priverait les bénéficiaires - majoritairement très âgés - de leur interlocuteur historique et sa politique mémorielle en serait gravement compromise, voire vouée à la disparition", écrit-il dans un message posté sur son blog.

"On peut y voir, j'en conviens, dans l'esprit de certains, un souci d'économie d'échelle au niveau administratif, honorable en ces temps de rigueur budgétaire, mais elle sera insignifiante. A contrario, les conséquences seront tristement dommageables pour les Anciens et pour la politique mémorielle. En ces temps proches des commémorations de (la guerre) 14-18 et de la lutte contre la résurgence de l'extrême-droite, ce dessein me semble très malvenu", ajoute l'ancien ministre de la Défense.

L'Institut des Vétérans-Institut National des Invalides de Guerre, anciens Combattants et Victimes de Guerre (IV-INIG) est un parastatal B rattaché au ministère de la Défense et sous tutelle du ministre de la Défense. Il est princalement chargé du remboursement des soins médicaux, de l'assistance sociale et morale ainsi que de la transmission de la mémoire.

Entre 2007 et 2010, près de 15.000 (ex-)militaires belges ont été reconnus comme vétérans pour avoir participé à au moins une mission opérationnelle à l'étranger.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner