Belgique Animaux en Péril est devenu un acteur incontournable du bien-être animal en Wallonie.

"Vous voyez ces deux cochons ? Ils s’appellent Tokyo et Yoko. Ils font partie de la centaine d’animaux qui ont été saisis à Saint-Denis, chez un particulier au mois de mars. Certains souffraient tellement qu’ils ont dû être euthanasiés. Heureusement, ces cochons-là s’en sont sortis et ils attendent avec impatience les beaux jours pour pouvoir sortir. Vous savez, ce sont des animaux passionnants et ils ont un fort caractère. Ils se rebellent facilement et ils ont conscience de leur poids et de leur corpulence. Ce sont des animaux qui peuvent être dominants. D’ailleurs, savez-vous pourquoi les cochons se roulent dans la boue ? C’est parce que la boue les protège. Elle crée une croûte qui les protège des insectes et leur permet de réguler leur température corporelle et de les protéger du soleil. Sinon il faut leur mettre de la crème solaire !"

Quand il s’agit de parler des animaux qu’il recueille, Jean-Marc Montegnies, fondateur de l’association Animaux en Péril est intarissable. C’est encore plus vrai quand il s’agit des cochons, un animal qu’il affectionne tout particulièrement (voir encadré).

Un coup d’œil suffit en effet pour constater que l’homme est un vrai passionné.

Depuis qu’il a fondé Animaux en Péril, il y a 25 ans, il n’a pas cessé d’imaginer de nouveaux projets pour agrandir son refuge et améliorer ses installations dans un seul objectif : recueillir un maximum d’animaux de ferme victimes de maltraitance. "On est en expansion permanente. On avance petit à petit et on est très fier d’être arrivés là où on est. On a la chance d’être dans une situation confortable mais on cherche surtout à rester dans la proximité. On est totalement autonomes. On ne reçoit pas de subside de la région. On compte sur les donations et les legs pour pouvoir faire vivre l’association".

Et sa volonté de fer a porté ses fruits : aujourd’hui, Animaux en Péril est le plus grand refuge du genre en Belgique et est devenu un acteur incontournable du bien-être animal en Wallonie.

Il faut dire qu’en Wallonie, les saisies d’animaux se succèdent à une allure sinistre. Depuis le début de l’année, ce sont près de 500 animaux qui ont été enlevés à leur propriétaire sur ordre de l’Unité du Bien-être animal de Wallonie. Animaux en Péril a encore du boulot avant de voir la fin des faits de maltraitance envers des animaux !

"Le cochon est un animal exceptionnel"
© BAUWERAERTS DIDIER

Le fondateur d’Animaux en Péril a développé une passion pour ce mammifère à l’intelligence hors norme.

Quand il parle des cochons, encore plus que d’autres espèces animales, Jean-Marc Montegnies s’emballe et donne l’impression qu’il pourrait y passer des heures. Il nous confie d’ailleurs très simplement qu’il a développé une empathie toute particulière pour ce gros mammifère.

"Le cochon est un animal supérieurement intelligent qui a malheureusement très mauvaise réputation. On l’associe à la saleté parce qu’il se roule dans la boue mais ce n’est pourtant pas de la crasse. D’ailleurs le cochon est très proche de l’homme : physiologiquement, il est comme nous à 99 %. Mais ce n’est pas pour rien qu’on parle d’un caractère de cochon. C’est un animal qui s’impose et qui ne se laisse pas faire. En fait… il est comme nous ! Sur le plan de l’intelligence, ils sont clairement supérieurs aux chiens. L’intelligence des cochons se rapproche plus de celle des singes. C’est un animal qui comprend très vite ce qui se passe et qui s’adapte très bien. Plusieurs expériences le démontrent. Pourtant, malgré son intelligence exceptionnelle, le cochon est l’animal le plus méprisé de tous", explique-t-il.

Il estime par ailleurs que le cochon connaît les conditions d’élevage les plus désastreuses dans nos sociétés. "Dans certains cas, on a vu des cochons devenir cannibales à cause du stress qu’ils subissent dans les élevages industriels. Leurs conditions de vie sont inimaginables. Ils grandissent dans des cages minuscules qui forment comme un corset autour de l’animal. C’est tout simplement monstrueux d’imposer ça à des animaux aussi sensibles et intelligents."

Animaux en Péril reçoit régulièrement la visite de groupes scolaires et le directeur du refuge met un point d’honneur à la sensibilisation des enfants. "La pédagogie, c’est 50 % de notre travail en tant que refuge et la sensibilisation aux conditions d’élevage des animaux en fait partie."