Anne Demelenne revendique une Europe sociale

Publié le - Mis à jour le

Belgique

Le comité wallon de la FGTB se réunissait en prévision de la fête du travail


NAMUR Le comité wallon de la FGTB s'est tenu vendredi matin, à la Maison André Genot à Namur. Une assemblée en prévision de la fête du travail, le 1er mai, et l'occasion de faire le point sur l'actualité sociale et politique. "Il y a cinq ans, les responsables politiques déclaraient que les travailleurs ne devaient pas payer la crise. Nous avons été dupés par le gouvernement. Il n'y a pas de régulation. Et l'austérité existe en Belgique. D'ici 2015, 27.000 personnes vont être exclues du chômage, dont 21.000 en Wallonie. C'est un bain de sang social", a déclaré Thierry Bodson, secrétaire général de l'Interrégionale wallonne de la FGTB.

Anne Demelenne, secrétaire générale de la FGTB, prône un changement de cap. "La crise n'est pas une fatalité et l'austérité pas une solution. Le 29 février était une première: les syndicats des 27 Etats membres se sont rassemblés pour défendre les mêmes revendications. Nous devons arrêter le travail, lever le poing et revendiquer une Europe sociale", a-t-elle déclaré.

Les secrétaires ont également dénoncé la pression mise par le gouvernement Di Rupo sur le Parlement pour faire passer la "règle d'or" budgétaire avant l'été, ainsi que la limitation dans le temps des allocations de chômage, et le "double langage" des patrons.

Des candidats aux élections sociales ont également témoigné de leur expérience de terrain. Les élections sociales concernent 6.600 entreprises, soit 1,5 million de travailleurs. Le nombre de candidats FGTB a augmenté de 10%.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner