Belgique

A Anvers, le temps de parcours est rallongé de 28 pc et à Liège de 16 pc, selon l'indice du trafic TomTom (TomTom's Traffic Index). Bruxelles arrive 9e de la liste des villes les plus sensibles aux embouteillages en Europe, tandis que la congestion du trafic a augmenté plus fortement cette année à Anvers que de la capitale ou à Liège. Si l'on se base sur les chiffres du deuxième trimestre de 2013, un trajet moyen à Bruxelles durant l'heure de pointe du matin dure plus longtemps (71 pc) que la normale et la congestion augmente encore durant l'heure de pointe du soir (92 pc de temps en plus). En moyenne un trajet dans la capitale met 34 pc de temps en plus, contre 32 pc en 2012.

Un trajet durant l'heure de pointe du matin à Anvers met 62 pc de temps en plus qu'en temps normal, contre 79 pc durant l'heure de pointe du soir. En moyenne, un automobiliste qui circule à Anvers doit tenir compte d'un temps de parcours supérieur de 28 pc, contre 23 pc l'an passé. A Liège, le temps de parcours est rallongé en moyenne de 16 pc (près de 14 pc en 2012), pour un tiers de temps de parcours en plus durant les heures de pointe du matin et du soir.

Le retard, par heure, durant les pics de circulation s'élèvent à Bruxelles à 49 minutes, contre 42 minutes à Anvers et 20 minutes à Liège. Toute personne qui circule chaque jour trente minutes dans la capitale peut compter qu'elle passe, par an, près de 103 heures à l'arrêt, contre 94 heures à Anvers et 57 heures à Liège.

L'indice du trafic TomTom se base entièrement sur les temps de trajet réels journaliers des voitures et tient compte tant des autoroutes que des voies régionales et locales.

Au niveau européen, Bruxelles arrive à la neuvième place des villes les plus sensibles aux embouteillages, alors que la capitale belge se trouvait à la 10e place l'an dernier. Au niveau mondial Bruxelles arrive 16e, Moscou (65 pc de temps en plus), Istanbul (57 pc) et Rio de Janeiro (53 pc) étant sur le podium.