Belgique

La mesure touche 500 personnes sous contrat à durée indéterminée et 81 sous contrat à durée déterminée


LIEGE La direction d'ArcelorMittal a confirmé vendredi matin, lors du conseil d'entreprise extraordinaire, son intention d'arrêter définitivement la phase liquide de Liège, ce qui causera la perte de 581 emplois. Elle a précisé qu'elle souhaitait éviter les licenciements secs. "Notre volonté est de minimiser les conséquences sociales des mesures envisagées. Nous sommes convaincus qu'on peut éviter les licenciements secs dans le cadre d'un dialogue social constructif", a souligné le CEO ArcelorMittal Liège, Joao Felix da Silva, dans un communiqué.

La direction indique que la procédure d'information et de consultation a débuté. Elle précise que le projet va être soumis à l'analyse et aux échanges avec le conseil d'entreprise et se dit "convaincue qu'il est possible de trouver une solution adéquate pour tout le personnel touché par ce projet éventuel et souhaite établir un calendrier de rencontres pour mener à bien cette procédure d'information et de consultation".

Elle signale en outre que "ce fait nouveau" n'aura aucune incidence sur la capacité de production d'ArcelorMittal ou sur sa part de marché en Europe et que les clients continueront à être fournis de manière tout à fait régulière.

La direction du groupe justifie sa décision uniquement par des motifs économiques. Elle remarque qu'"un retour de la demande d'acier en Europe aux niveaux d'avant la crise prendra plus de temps que ce qui avait été prévu". "ArcelorMittal est confronté structurellement à une surcapacité sur le marché nord-européen et concentre donc sa capacité de production dans ses sites à coûts plus faibles", ajoute-t-elle.

"Malgré de nombreux plans d'amélioration réalisés à Liège pour diminuer notamment l'écart de coût de la bobine laminée à chaud entre Liège et les autres sites dans le Nord, la phase liquide de Liège reste toujours insuffisamment rentable dans les conditions prévisibles du marché", conclut Joao Felix da Silva.



© La Dernière Heure 2011