ArcelorMittal: les syndicats disent "non" au plan "Lean"

Publié le - Mis à jour le

Belgique

ArcelorMittal emploie en Belgique environ 10.000 personnes, dont près de 4.000 employés et cadres

LIEGE

Le SETCa et la FGTB-Métal ont fustigé mercredi en fin d'après-midi, par voie de communiqué, le plan "Lean" élaboré par le groupe ArcelorMittal et qui viserait à alléger drastiquement les fonctions de support de ses sites en Europe. Le syndicat socialiste qualifie la démarche "d'inacceptable".

"Les emplois concernés seront purement et simplement supprimés. De plus, nous pouvons aujourd'hui révéler que plusieurs hauts cadres de l'entreprise sont en partance ou cherchent à quitter un navire qui ressemble de plus en plus au Titanic", ajoutent le SETCa et la FGTB-Métal.

"Ces deux nouveaux éléments ne font que nous renforcer dans notre analyse. Mittal a clairement décidé d'abandonner Liège et plus largement l'Europe", poursuivent les syndicats.

Le syndicat socialiste rencontrera jeudi matin le gouvernement wallon. Une rencontre entre la Région et le sidérurgiste est également programmée ce jeudi.

Le gouvernement "ne peut clairement plus continuer à fuir ses responsabilités. Il se doit de montrer aux travailleurs, et à la population en général, que le politique peut et doit reprendre la main sur l'économique.

C'est là sa raison d'être", explique Francis Gomez, président des Métallos MWB Liège-Luxembourg.

Le plan a été élaboré avec l'aide des experts du cabinet de McKinsey et devrait être appliqué aux unités des aciers plats carbone en Europe (Belgique, France, Espagne, Grand-Duché de Luxembourg, etc.), révélaient mercredi matin L'Echo et De Tijd.

Seuls les employés et cadres devraient être touchés.

ArcelorMittal emploie en Belgique environ 10.000 personnes, dont près de 4.000 employés et cadres.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner