Belgique Voici les derniers instants des terroristes dans le taxi en arrivant à Zaventem.

Comme on vous le révélait déjà mardi soir, c’est en taxi que les trois terroristes sont arrivés à l’aéroport de Zaventem. Et c’est grâce aux indications du chauffeur que les policiers sont parvenus à retrouver la planque de la rue Max Roos à Schaerbeek. C’est de là qu’ils ont embarqué à bord du taxi, commandé quelques instants plus tôt. Nous sommes désormais en mesure de vous dévoiler des détails sur le comportement héroïque du taximan et sur les instants qu’il a partagés avec les trois terroristes, entre Schaerbeek et Zaventem, mardi matin.

On apprend ainsi que le taximan a proposé aux trois hommes de porter leurs bagages et de les poser dans le coffre, comme le veut la coutume lorsqu’un chauffeur embarque des clients. Les trois hommes ont refusé l’aide du taximan, préférant poser leurs bagages eux-mêmes dans le coffre. Bagages qui, pour rappel, contenaient les bombes qui ont explosé à Zaventem.

Une fois en route, le taximan a senti une odeur particulière se propager dans son véhicule. Une odeur d’ammoniac, a-t-il précisé. De quoi intriguer le chauffeur, sans l’inquiéter plus que cela, à ce stade du trajet. Il se souvient que, durant le trajet, les deux hommes en noir ne parlaient quasi pas. Ils étaient particulièrement silencieux.

Seul l’homme portant un chapeau et une veste de couleur claire (celui qui est activement recherché par la police et qui ne s’est pas fait exploser dans l’aéroport), discutait avec le chauffeur. Et il a orienté la conversation sur… les Américains ! Il exprimait ainsi sa colère envers les États-Unis, citant au cours de la conversation des exemples d’actions américaines qu’il ne cautionnait pas. Un sujet de discussion particulièrement intéressant dans ce dossier dans la mesure où on sait que plusieurs Américains ont justement été touchés lors de l’attaque de l’aéroport.

Arrivé à l’aéroport, le taximan aurait également été intrigué par un autre élément : il aurait aperçu des traces blanches sur les valises des trois clients. L’homme est tout de même remonté dans son véhicule avant d’embarquer un autre client. Et c’est au cours de son nouveau trajet qu’il a entendu parler d’explosions à l’aéroport de Zaventem. Le chauffeur a immédiatement fait le lien avec les trois clients précédents. Il a d’abord déposé calmement le client à bord, avant de prendre la direction du commissariat le plus proche.

Le chauffeur a alors livré ses précieuses informations aux enquêteurs, notamment sur l’adresse à Schaerbeek mais également sur le nombre de valises embarquées. Plus que celles contenant les deux bombes qui ont explosé dans la matinée. C’est ainsi que la police a pu repérer une troisième bombe dans l’aéroport, après l’attentat.

Mercredi, le chauffeur a passé de longues heures avec les policiers avant de retrouver les siens. Il ne désire pas s’exprimer pour l’instant. Son taxi a été saisi afin d’y réaliser tous les prélèvements nécessaires à l’enquête.

Contacté par nos soins, le patron du taximan dit saluer le comportement de son employé : "C’est une réaction citoyenne comme beaucoup d’autres chauffeurs de taxi auraient eu. Nous sommes fiers de lui mais nous désirons respecter sa volonté de ne pas être dérangé par les médias", ajoute le patron, membre de la Febet qui, le jour des attentats, a appelé tous ses membres à transporter gratuitement les personnes touchées par le drame. Un geste solidaire applaudi par de nombreux Bruxellois.