Attentats de Bruxelles: le rôle clé du taximan qui a déposé les terroristes à l’aéroport

GIL Publié le - Mis à jour le

Exclusif
Belgique

Selon des infos de la Dernière Heure obtenues ce mardi soir, une partie du commando kamikaze serait arrivée à Brussels Airport mardi matin à bord d’un taxi classique.

L’information est parvenue aux enquêteurs plusieurs heures après les attentats, quand le chauffeur du taxi a fait le lien avec des clients qu’il avait transportés en tout début de matinée.

Le chauffeur avait surtout un détail essentiel à communiquer : alors que les médias et sites d’information diffusaient la photo des trois suspects photographiés avec des chariots et faisaient état de trois sacs de voyage, le chauffeur était certain qu’il avait sorti de son coffre un nombre de sacs plus important. C’est ce qui a déclenché de nouvelles fouilles à l’aéroport, lesquelles allaient permettre la découverte de la troisième bombe qui n’avait pas explosé. Les démineurs ont pu neutraliser le dispositif grâce au témoignage du chauffeur de taxi, nous explique-t-on.

Mieux ! Le taximan a livré l’adresse schaerbeekoise à laquelle il a embarqué les terroristes, provoquant ainsi la perquisition de ce mardi après-midi. Perquisition lors de laquelle la police a retrouvé des produits chimiques et un engin explosif contenant des clous. Là encore, grâce au taximan qui a refusé d’embarquer plusieurs sacs faute de place dans sa voiture. Outre le taxi, l’enquête implique deux autres véhicules – et donc un commando potentiellement encore plus important qu’annoncé – : une Renault Clio et une Audi S4 noire appartenant à un Limbourgeois de 22 ans fiché depuis l’an passé en terrorisme par la Sûreté de l’État.