Attentats de Bruxelles: un ordinateur, au contenu qualifié d’"intéressant", a été retrouvé

N. B., Ju. B., D. Ha. et Gil. Publié le - Mis à jour le

Belgique Un homme est recherché après l’attaque de l’aéroport de Zaventem (14 morts). L’enquête sur l’attentat du métro (entre 17 et 20 morts) s’annonce difficile.

À l’heure de boucler cette édition, la police était toujours activement à la recherche d’au moins un des terroristes qui ont plongé la Belgique dans l’enfer, hier matin, et fait une trentaine de morts et plus de 230 blessés. Un bonnet sur la tête, poussant un caddie aux côtés de ces deux complices kamikazes, un des suspects qui ont agi hier à Zaventem, que l’on voit sur les images ci-dessous, ne s’est pas donné la mort à l’aéroport. Il a pris la fuite, rejoignant probablement d’autres complices.

Selon une source proche de l’enquête, le nom de ces trois hommes était toujours recherché hier soir, signe d’une enquête particulièrement ardue. Selon le bourgmestre de Zaventem, cité par l’AFP, leurs bombes étaient cachées dans des valises.

La police espérait sans doute mettre la main sur le survivant des attaques, dans l’après-midi, à Schaerbeek, rue Max Roos. Mais c’est sur des explosifs, des produits chimiques ainsi qu’un drapeau de l’État islamique que les enquêteurs sont tombés à cette adresse.

Sur les images captées par les caméras de surveillance de l’aéroport de Zaventem, l’homme cherche à dissimuler son visage. Il porte d’ailleurs un chapeau et des lunettes fumées, contrairement à ses deux complices vêtus de noir. Lui ne porte pas de gants, à l’inverse de ses acolytes. Ce qui peut laisser supposer qu’il n’avait pas l’intention de se tuer en perpétrant l’attentat. En effet, les deux autres hommes en noir portaient, semble-t-il, un détonateur sous leur gant noir. Un gant qu’ils portent tous les deux à une seule main. La gauche pour les deux.

Ce mardi, tout au long de la soirée, plusieurs hypothèses ont été avancées sur l’identité de ces trois hommes, dont les deux kamikazes et leur complice.

Certains soulignaient des ressemblances entre ces hommes et les personnes activement recherchées ces dernières semaines, comme Najim Laachraoui, artificier présumé des attentats de Paris.

Mais il était beaucoup trop tôt hier pour coller des identités sur ces terroristes. Des informations nous sont par contre livrées sur leur parcours, notamment via plusieurs véhicules (plus d'infos ici).

Hier soir, on apprenait également qu’un ordinateur avait été retrouvé dans la journée par des agents de Bruxelles Propreté qui ont immédiatement prévenu la Brigade canine de la zone Montgomery.

Les policiers locaux ont dû livrer d’urgence l’ordinateur en question aux unités antiterroristes de la police judiciaire fédérale de Bruxelles. On ignore le contenu de l’ordinateur en question mais il nous est rapporté qu’il contiendrait des messages importants liés à l’organisation Daech.

Hier soir, son contenu était qualifié d’"intéressant".

En ce qui concerne l’attaque de la station Maelbeek, le mystère est de mise. On ignorait encore si l’attentat avait été commis par un kamikaze ou bien à l’aide d’une bombe. En d’autres termes : d’autres fugitifs sont-ils encore à pister par les hommes de la police fédérale ?

Une information judiciaire a été ouverte par le parquet fédéral et un juge d’instruction a été nommé pour mener l’enquête sur le pire attentat jamais commis sur le sol belge.