Belgique

Dans le cadre de l'enquête liée aux attentats de Bruxelles et Zaventem le 22 mars 2016, la chambre du conseil de Bruxelles a prolongé jeudi de deux mois la détention préventive de Mohamed Abrini, Ossama Krayem, Bilal El Makhoukhi et Ali El Haddad Asufi, a indiqué vendredi le parquet fédéral. S'ils font appel de cette décision, ils comparaîtront devant la chambre des mises en accusation de la cour d'appel de Bruxelles dans les quinze jours.

Mohamed Abrini, qui était recherché depuis les attentats du 13 novembre 2015 perpétrés à Paris, avait été interpellé le 8 avril 2016 au square Albert à Anderlecht. Il avait reconnu être l'"homme au chapeau" aux côtés des deux kamikazes sur les images de vidéosurveillance de Brussels Airport. Il y avait abandonné une valise bourrée d'explosifs.

Ossama Krayem, un ressortissant suédois originaire de Malmö qui était jusque-là connu sous le nom d'emprunt de "Naïm Al Hamed", avait également été arrêté le 8 avril 2016 à Laeken. Il était présent dans le complexe City 2 lors de l'achat des sacs qui ont servi lors des attentats. Juste avant l'attaque commise dans la station de métro Maelbeek, il a été filmé dans la station Pétillon alors qu'il discutait furtivement avec Khalid El Bakraoui, le terroriste qui s'est fait exploser à Maelbeek. Il a également donné à Khalid El Bakraoui un sac à dos avec lequel ce dernier s'est fait exploser.

Bilal El Makhoukhi (31 ans) a été interpellé le 8 avril 2016 à Laeken. Il est soupçonné d'avoir apporté de l'aide à Mohamed Abrini et Osama Krayem. Le testament audio d'Ibrahim El Bakraoui, retrouvé dans un ordinateur portable non loin de la planque de la rue Max Roos à Schaerbeek, fait allusion à un certain 'Abou Imran', le nom de guerre qu'utilisait Bilal El Makhoukhi lors de son séjour en Syrie en 2012. En 2015, il a par ailleurs été condamné à cinq ans de prison dont deux ferme dans le cadre du procès à l'encontre de Sharia4Belgium à Anvers. 

A l'époque, il n'a pas été prouvé qu'El Makhoukhi était membre de Sharia4Belgium mais seulement qu'il rendait des services à des organisations terroristes. Le ministère public avait demandé en février 2015 son arrestation immédiate car il craignait que Bilal El Makhoukhi ne soit revenu en Belgique uniquement pour des raisons médicales et que son intention soit de repartir en Syrie avant de revenir sur le territoire belge.

Ali El Haddad Asufi a été interpellé le 9 juin 2016 et une première fois le 24 mars 2016, avant d'être relâché le jour-même. Il aurait eu une fonction de logisticien lors de la préparation des attentats et aurait été en contact téléphonique avec plusieurs noms qui apparaissent dans le dossier. L'homme aurait également été en lien avec l'appartement de l'avenue des Casernes, à Etterbeek. Il aurait été régulièrement aperçu sur les images des caméras de surveillance de cette même artère. 

Son ADN a été trouvé sur un emballage vide de piles qui se trouvait dans le logement. Les piles auraient été utilisées lors de la confection des bombes qui ont explosé à Brussels Airport.