Belgique

Le conseil des ministres a approuvé vendredi une mesure d'augmentation de la réduction fiscale dont peuvent bénéficier les travailleurs isolés à bas revenus dans le cadre de la prise en charge de l'accueil de leurs enfants. La mesure concerne les familles monoparentales bénéficiant de revenus professionnels annuels imposables inférieurs à 18.000 euros. La réduction d'impôt passera de 45 à 65%. Celle-ci a trait aux dépenses effectuées pour l'accueil des enfants en crèche, l'accueil extrascolaire et les camps tels que ceux organisés par les mouvements de jeunesse. Les parents peuvent bénéficier d'une réduction d'impôt sur un montant maximum de 11,20 par journée d'accueil. Cette réduction passera dès lors de 5,04 à 7,28 euros par jour, soit une augmentation de la réduction de plus de 2 euros par jour par enfant, à compter de l'exercice fiscal 2018 (déclaration 2019).

Cette mesure s'ajoute à une décision précédente du gouvernement augmentant le plafond de la quotité exemptée d'impôt pour les travailleurs monoparentaux disposant de bas revenus. Cette décision permet aux parents concernés d'engranger une hausse de leur pouvoir d'achat allant de 465 à 620 euros par an, selon le ministre des Finances Johan Van Overtveldt, porteur du projet avec sa collègue Zuhal Demir, secrétaire d'Etat chargée de la Lutte contre la pauvreté. Les familles disposant de revenus à ce point faibles qu'elles ne paient pas d'impôt bénéficieront de l'avantage via un crédit d'impôt.

Au total, les deux mesures pèsent quelque 20 millions d'euros dans le budget. Il s'agit d'une mesure découlant de l'accord d'été.

Les textes ont été envoyés au Conseil d'Etat et seront soumis au parlement après leur approbation en deuxième lecture.

Dans un communiqué, le MR s'est réjoui de l'avancée obtenue, la présidente des Femmes du parti, Florence Reuters, y voyant une "nouvelle mobilisation" du gouvernement Michel au bénéfice des femmes.