Baisse importante des candidats wallons et bruxellois au logement social en Flandre

Publié le - Mis à jour le

Belgique

En 2009, le nombre total de candidats sur les listes d'attentes avait grimpé à 100.665


BRUXELLES Le nombre de Bruxellois et de Wallons cherchant à obtenir un logement social en Flandre a diminué de près d'un tiers en deux ans, d'après des chiffres communiqués par la ministre flamande du logement Freya Van den Bossche (sp.a) au député flamand Marc Hendrickx (N-VA).

En 2007, 94.247 familles avaient introduit un dossier auprès des autorités flamandes en charge du logement, parmi lesquelles 900 familles originaires de Bruxelles et 288 de Wallonie. En 2009, le nombre total de candidats sur les listes d'attentes avait grimpé à 100.665, mais les demandes bruxelloise et wallonnes avaient rétréci, à respectivement 662 et 165 candidatures.

La politique linguistique renforcée dans la périphérie bruxelloise est le facteur le plus important de cette baisse. Depuis 2008, le Code flamand du logement impose aux candidats qui ne parlent pas le néerlandais de prouver leur disposition à l'apprendre.

"Ce n'est pas un hasard si la baisse la plus spectaculaire est à noter à Hal-Vilvorde: les Bruxellois et les Wallons représentaient en 2007 encore 10% des candidatures, mais en 2009 ils n'étaient plus que 7,7%", s'est félicité M. Hendrickx dans un communiqué.

Le député s'inquiète que cette tendance puisse être freinée par les projets de Mme Van den Bossche d'octroyer une subvention aux candidats déboutés. "A Bruxelles et en Flandre, une telle possibilité n'existe pas. Pour les Bruxellois et les Wallons, il serait dès lors plus attrayant de poser une candidature en Flandre, puisque cela débouchera de toute façon sur un succès", estime-t-il.

"Tout ceux qui veulent s'intégrer en Flandre sont les bienvenus", mais "la politique flamande de logement social ne doit pas servir à aspirer la pauvreté des autres régions", selon lui.

© La Dernière Heure 2011

Publicité clickBoxBanner