Belgique

Bart De Wever estime lundi dans une interview accordée au journal néerlandais De Volkskrant que le trafic de cocaïne dans le port d'Anvers prend des proportions qui menacent la société. 

"On n'est pas loin du point où des politiques peuvent être achetés", s'inquiète le bourgmestre d'Anvers. 

"L'argent qui entoure le commerce de cocaïne est énorme", explique M. De Wever. L'homme fort de la N-VA compare le port d'Anvers à une passoire, où les "requins passent entre les mailles du filet".

Bart De Wever craint de graves conséquences. "Cela porte atteinte à la société dans son ensemble. L'influence de ce volume d'argent n'est pas limité à certains quartiers, mais pourrait s'infiltrer au niveau politique. J'ose le dire: à Anvers, nous sommes à la limite de voir l'influence politique se faire acheter."