Belgique

Effervescence dans les rues de Bruxelles ce jeudi en soirée. Selon plusieurs sources, Salah a été aperçu tout d’abord, en début de soirée, du côté de la chaussée de Ninove à Anderlecht à bord d’une voiture de marque française. D'autre part, La police belge est à la recherche d'un proche de la cousine d'Abaaoud.

Les services de police du pays sont à la recherche d'un membre de la famille, originaire de Maasmechelen, d'Hasna Ait Boulahcen, la cousine d'Abdelhamid Abaaoud soupçonnée d'être la kamikaze morte à ses côtés lors d'un raid de la police française mercredi. La police craint que ce proche, introuvable, ne veuille se venger, écrivent vendredi les journaux du groupe Mediahuis. L'homme a soudainement disparu, tout comme sa voiture. Il est recherché par le parquet fédéral.


Bruxelles en état d'alerte

Effervescence dans les rues de Bruxelles ce jeudi en soirée. Selon plusieurs sources, Salah a été aperçu tout d’abord, en début de soirée, du côté de la chaussée de Ninove à Anderlecht à bord d’une voiture de marque française.

C’est ensuite du côté de la gare du midi que Salah aurait abandonné son véhicule. Tous les effectifs policiers disponibles ont reçu l’ordre de rester en poste suite à une information des services de renseignements signalant que le terroriste en fuite, Salah Abdeslam errait à pieds dans la capitale.

Dans divers commissariats des tireurs d’élites se sont mis en position. Des agents lourdement armés patrouillaient et vérifiaient les lieux de rassemblements ou salles de concerts. De plus, des indications soulignaient que les universités étaient également visées.

Sur conseil de la police, les cercles étudiants qui fêtaient la pré Saint-V ont dû fermer leurs portes Jeudi soir, les étudiants qui fêtaient la pré Saint-V sur le campus du Solbosch n’ont pas pu faire la guindaille jusqu’au bout de la nuit. En effet, la police a conseillé aux responsables de l’ULB de fermer les lieux de rassemblement pour des raisons de sécurité. Les soirées qui se déroulaient à la Jefke et dans les cercles étudiants ont donc été écourtées. “Il n’y a pas de menaces directes sur l’ULB. Il s’agit d’une précaution prise par les forces de l’ordre. Les étudiants ont quitté les salles de fête de manière calme et raisonnable” , a commenté Nicolas Dassonville, porte-parole de l’ULB, qui précise que le Solbosh n’a pas dû être évacué.

Pour en revenir à Salah, des informations filtrent également sur le fait qu’il aurait été vu en octobre dans des bars gays bruxellois…

Pour autant qu’il s’agisse bel et bien de lui, ce qui n’a pas pu être vérifié à l’aide de caméras, à notre connaissance, pourquoi donc Salah Abdeslam aurait-il traîné dans plusieurs bars gays de Bruxelles, à la fin du mois d’octobre dernier   ? Il nous revient en effet que l’homme aurait été identifié à quatre ou cinq reprises, dans ces lieux branchés, prisés par la communauté homosexuelle. Selon nos informations, des gérants ont d’ailleurs été auditionnés, lundi, à ce sujet.

Était-il en repérage de lieux de “débauche” et de “perversité” où faire un maximum de victimes ?

Ou alors, la raison était-elle autre  ?

Toujours d’après nos sources, il semblerait que sa présence puisse plutôt trouver une explication dans le trafic de documents orchestré par son frère, Brahim, qui s’est fait exploser, vendredi, lors des attaques, boulevard Voltaire à Paris. “Dans ces bars, fréquentés par des gens peu méfiants, il n’est pas très compliqué de piquer des portefeuilles”, explique notre interlocuteur. “Il se fait que de nombreux vols de cartes d’identité, permis de conduire, etc. ont précisément été commis à cette période dans ces endroits.”

L’hypothèse du repérage de lieux à faire exploser n’est pas exclue pour autant. En France, le Syndicat national des entreprises gaies, le Sneg&Co, en appelait, mercredi, à la prudence dans le milieu gay, après avoir précisé que plusieurs bars ont fermé leurs portes le week-end dernier.

Pas de relèvement du niveau d'alerte

Le Conseil national de sécurité s'est réuni une nouvelle fois jeudi soir. Il a été décidé que le niveau d'alerte terroriste ne serait pas modifié. "Ce niveau n'a pas été modifié non plus pour des lieux particuliers", a indiqué le porte-parole du Centre de crise du ministère de l'Intérieur Peter Mertens à l'agence Belga. Plusieurs mesures déjà en vigueur Vont cependant être "optimalisées", a-t-il ajouté, sans donner plus de précisions. Selon le site web de la VRT De Redactie, ces mesures concerneraient notamment une intensification des patrouilles de la police et de l'armée sur le territoire.

Aucun élément sérieux après l'interception d'une voiture belge à Rotterdam

La police de Rotterdam a déjà mis un terme à l'enquête relative à une Mercedes blanche immatriculée en Belgique jeudi soir. Une porte-parole de la police a indiqué dans la nuit de jeudi à vendredi que rien de suspect n'avait été trouvé à bord du véhicule, dans lequel voyageait trois personnes. La police avait quitté le lieu où le véhicule était stationné vers 01H00, a constaté un journaliste de l'agence ANP.

Les services de police ont néerlandais ont par ailleurs démenti avoir procédé à une intensification des opérations de recherche concernant Salah Abdeslam, principal suspect toujours en fuite après les attentats perpétrés à Paris le 13 novembre, comme l'annonçait CNN plus tôt dans la soirée.