Belgique

Le gouvernement bruxellois a adopté le 12 juin dernier le principe d'avancer de 2035 à 2025 l'interdiction d'installer des chaudières à mazout pour le chauffage et l'eau chaude, a indiqué mercredi la ministre de l'Environnement Céline Fremault, confirmant une information de Sudpresse.

En Région bruxelloise, 16% des installations de chauffage et d'eau chaude fonctionnent au mazout.

Le pacte énergétique conclu entre le Fédéral et les Régions vise à une énergie 100% renouvelable pour 2050 et envisage déjà d'arrêter de commercialiser les chaudières au mazout en 2035.

Mais dans la préparation de son plan énergie-climat pour 2030, la Région bruxelloise a mis cette échéance en question vu la durée de vie des chaudières à mazout, qui est 25 à 30 ans.

En avançant cette échéance à 2025 pour les nouvelles installations, le gouvernement bruxellois envisage aussi des solutions de rechange. Ainsi, le remplacement d'une chaudière à mazout par un système plus performant (pompe à chaleur, chaudière à condensation, etc.) donnera droit à partir de 2021 à une prime spécifique, jusqu'en 2025.

En Flandre, le débat sur l'interdiction des chaudière à mazout dès 2021 a suscité bien des remous. Le ministre Bart Tommelein a dû préciser que le gouvernement flamand n'avait pas décidé une interdiction générale sur la vente de chaudières à mazout, mais uniquement pour les constructions neuves et les rénovations énergétiques profondes.