Belgique

Il n'y a jamais eu aussi peu de conducteurs contrôlés positifs que durant la dernière campagne estivale Bob, et ce malgré l'effet coupe du monde de football, se félicitent l'institut Vias et la police fédérale jeudi. 

Ils ont ainsi été 2,7% à s'être retrouvés dans cette situation, une baisse de 3,1% par rapport à l'an dernier. Le nombre de contrôles alcool est par ailleurs presque resté stable: 324.468 personnes y ont été soumises cet été contre 330.245 en 2017. Une légère régression, donc, malgré les nombreuses missions dont les services de police étaient chargés. "C'est la preuve qu'en dépit de la multiplicité de leurs tâches, la lutte contre l'alcool au volant reste une priorité pour la police fédérale et les zones de police locale", estime Vias.

Le seul bémol est le pourcentage élevé de conducteurs positifs après un accident avec tué ou blessé: quasi 10%, preuve de l'incompatibilité totale entre l'alcool et la conduite, pointe encore l'institut.

La campagne a été menée du 8 juin au 3 septembre. Sur ces trois mois, près de 82.000 automobilistes ont été contrôlés en Wallonie. Un nombre en légère hausse (+ 1,4%) par rapport aux 80.732 enregistrés l'an dernier à la même période, commente, de son côté, l'Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR). Le pourcentage de conducteurs négatifs, en augmentation depuis plusieurs années, y continue sur sa lancée avec une légère hausse de 0,5%, se réjouit-elle. Ils ont en effet été 3,3% de positifs, contre 3,8% en 2017.

A Bruxelles, 22.673 tests ont été réalisés dont 2,8% (631) étaient positifs. Les chiffres étaient respectivement de 27.742 et de 3,2% (895) un an plus tôt, selon les statistiques de la police fédérale. C'est en Flandre que l'on rencontre le moins de positifs. Ils étaient 2,5% dans ce cas cet été, sur 219.922 contrôles (221.771 et 2,9% en 2017).

Cette année, environ 50% des automobilistes contrôlés à travers le pays l'ont été le week-end, période particulièrement à risques en matière de conduite sous l'influence d'alcool. Le pourcentage était de 41% l'année passée au sud du pays, relève à ce propos l'AWSR. Le lien entre alcool au volant et risque d'accident est indéniable, rappelle d'ailleurs l'Agence. Durant la dernière campagne Bob, 12% des conducteurs impliqués dans un accident de la route avaient ainsi une alcoolémie supérieure à 0,5g/l.

L'AWSR invite dès lors les automobilistes à prendre systématiquement leurs dispositions au préalable (réserver un taxi, prendre les transports en commun, dormir sur place) afin de ne jamais s'installer derrière le volant après avoir consommé de l'alcool. Depuis quelques mois, elle met d'ailleurs en vente des chèques taxi en Wallonie. Ceux-ci valent 5 euros mais ne coûtent que 2,50 euros à leurs utilisateurs et sont réservés aux jeunes âgés entre 16 et 30 ans. Ils peuvent être utilisés pour régler une course en taxi les nuits de jeudi à samedi entre 23h et 6h, au départ d'une ville wallonne.