Belgique

BRUXELLES Toute cette Semaine de la Mobilité sera placée sous un thème principal: celui de la sécurité routière. Les cinq journées qui viennent seront chaque fois consacrées à une problématique spécifique. Ce lundi, c'est le port de ceinture de sécurité. Mardi, le transport routier. Mercredi, la sécurisation des abords des écoles. Jeudi, les jeunes conducteurs et la formation au permis de conduire. Vendredi, les retours de soirée. La DH développera aussi ces questions au fil des jours. Commençons par la ceinture.

En marge de la campagne de l'Institut belge pour la sécurité routière, plusieurs opérations de contrôle vont avoir lieu, singulièrement ce lundi.

Aujourd'hui, une grande partie des opérations annoncées sont préventives. Le long de l'E 42 à Thieu, par exemple, les automobilistes arrêtés sans ceinture devront faire un tour dans une voiture-tonneau de la police fédérale. Des contrôles préventifs sont également annoncés dans les zones de police suivantes: Mons-Quévy, Lesse et Lhomme (autour de Rochefort), Boussu-Colfontaine-Frameries-Quaregnon-Saint-Ghislain, Charleroi, Eifel (autour de Saint-Vith), Evere, Wavre, Entre Sambre et Meuse (autour de Fosses-la-Ville) et Centre Ardenne (autour de Bastogne).

Dans tous les cas, ces contrôles préventifs seront suivis par des opérations répressives, concentrées surtout durant le mois d'octobre.

Selon les chiffres de l'IBSR, seul un Belge sur deux attache sa ceinture pour des distances courtes, alors que la ceinture est surtout utile pour des chocs à vitesse limitée. La ceinture permet de réduire de moitié le risque d'accident mortel (50% de risque de lésions ou de décès immédiat en moins), ou de 41% le risque de traumatisme crânien.Selon l'IBSR, si le pourcentage de port de la ceinture à l'avant (plus ou moins 60% actuellement) et à l'arrière (45%) atteignait respectivement 80 et 65%, cela entraînerait chaque année une diminution de 131 tués et de 808 blessés graves.

© La Dernière Heure 2002