Belgique
 Une délégation du conseil d’administration du Centre Médical Héliporté de Bra-sur-Lienne a rencontré, mercredi en fin de journée, les représentants des cabinets de la Ministre Fédérale de la Santé Publique, du Premier Ministre et du Ministre Président de la région Wallonne, à l’initiative du 1er Ministre Charles Michel. Il en découle une volonté de dialogue et un engagement à maintenir l’agrément actuel du Centre Médical Héliporté.

"Il nous a également été confirmé que le CMH pouvait continuer à fonctionner sur la base des modalités actuelles, tant opérationnelles qu’administratives", précise Philippe Miermans, administrateur-délégué du CMH, dans un communiqué. " Une réflexion plus avancée sur la place de l’hélicoptère dans le cadre de l’aide médicale urgente n’est toutefois pas actuellement à l’agenda d’un plan de réforme."

Selon le cabinet de la Ministre de la Santé Publique, cette réflexion ne peut être entamée tant que le Conseil National de l’aide médicale urgente (CNSMU) n’a pas rendu un nouvel avis à Maggie De Block qui a souhaité le solliciter en ce sens. L’objet de cette consultation est de mettre à jour l’avis positif qu’il avait déjà rendu en 2009. Pour rappel, le CNSMU considérait à l’époque qu’à la lumière des expériences pilotes menées, à Bruges et à Bra-sur Lienne, depuis 2003, l’hélicoptère comme moyen de transport de l’aide médicale urgente avait fait la preuve de son efficacité pour réduire le temps d’accès à un patient ainsi que le temps de transport d’un patient vers la structure hospitalière appropriée mais dans certaines zones ou conditions, notamment dans les zones de faible densité de population. Un nouvel avis « positif » du CNSMU devrait permettre de se remettre à table et de rouvrir un espace de dialogue et de concertation entre le cabinet de la ministre et les représentants du CMH.

Dans ce contexte, le CMH reste attentif à l’évolution du dossier, au dialogue qu’il veut constructif ainsi qu’au respect de l’engagement pris. " Nous restons disponibles pour apporter notre expérience et notre expertise à l’élaboration d’un cadre légal qui permettrait de pérenniser demain le secours médicalisé héliporté « primaire » dans la région", poursuit Philippe Miermans. " Nous sommes également prêts à entamer une réflexion avec des représentants du cabinet de la Ministre de la Santé autour de la mise en place d’une expérience pilote relative aux transferts inter hospitaliers urgents dans une vision distincte et complémentaire du secours primaire." L’équipe du CMH continuera néanmoins à assurer une veille permanente à l’égard de toute note de travail ou propos qui serait de nature à mettre en péril le projet développé depuis 20 ans dans la région, avec le soutien de la population et des pouvoirs politiques locaux. " Les pensées du conseil d’administration de l’ASBL CMH et de toute l’équipe opérationnelle vont aux affiliés, aux donateurs et aux relais des communes partenaires du projet qui nous ont apporté un soutien et une énergie positive « incroyable » durant ces quelques jours de très fortes turbulences", conclut Philippe Miermans.

N.L.