Belgique

La séance plénière de la Chambre convoquée mercredi pour entendre la déclarationuvernementale de l'équipe Van Rompuy I, a commencé par l'élection du nouveau président de l'assemblée

La galerie-photos de Van Rompuy 1er

Passation de pouvoir

Des réactions contrastées

Vervotte attaque le VLD et Didier Reynders


BRUXELLES L'Open Vld Patrick Dewael a pris place au perchoir après un court débat au cours duquel Gerolf Annemans (VB) et Jean-Marie Dedecker (LDD) ont présenté la contre-candidature de l'ancien président Herman De Croo, également Open Vld, pour protester contre le fait que la majorité soutient quelqu'un qui, selon eux, est toujours embourbé dans les affaires de nominations irrégulières à la police fédérale.

Herman De Croo a refusé l'être candidat soulignant qu'il était étonné que sa candidature soit présentée par des flamands pointus. Il était environ 11 heures 30 lorsque le premier ministre Herman van Rompuy est monté à la tribune pour lire une courte déclaration - 5 pages - dans laquelle il a souligné que le gouvernement veut travailler à restaurer la confiance des citoyens dans les institutions en cette période de crise. Il entend aussi mettre en oeuvre, dans son intégralité, l'accord du gouvernement précédent.

La déclaration souligne aussi l'importance du plan de relance et de l'accord interprofessionnel et insiste sur le fait que la sécurité sociale "doit être renforcée afin de jouer son rôle de rempart contre le risque de basculement dans la pauvreté et l'endettement qui guette un nombre accru de citoyens". Et d'ajouter qu'elle est "un élément essentiel de confiance dans l'avenir".

Quant à la politique budgétaire, la déclaration note qu'à plus long terme, il faudra travailler "à un plan permettant de résorber le déficit budgétaire structurel". La restauration de la confiance passe aussi par l'installation d'une Commission d'enquête parlementaire. A ce propos, la déclaration dit que le gouvernement invitera le parlement à prendre une initiative en vue d'installer une telle commission "sur la problématique de la séparation des pouvoirs et les problèmes qui se sont posés récemment à cet égard".

"Cette enquête doit se dérouler de manière sereine et impartiale", précise la déclaration. Pour l'enquête sur les banques, elle rappelle que la Chambre a déjà décidé le 5 décembre dernier de créer une commission spéciale mixte. "Dans les deux domaines, il s'indique vivement de formuler des propositions politiques", ajoute encore la déclaration.

Sur le plan communautaire, la déclaration rappelle qu'il faut une réforme pour assurer l'efficacité des institutions de l'Etat. "Ces dernières décennies, notre système fédéral a connu une évolution telle que le flux de dépenses géré par les Régions et les Communautés représentent plus de 11pc du PIB. Les compétences déjà étendues de ces entités leur permettent d'ailleurs de coopérer très activement au programme de relance économique", dit la déclaration.

Et d'ajouter que dans cette optique, il est important d'une part de relancer le dialogue de Communauté à Communauté et de conclure rapidement des accords partiels dans certains domaines comme le marché du travail, la politique des grandes villes...

"D'autre part, il s'impose, comme demandé par le Sénat en mai dernier, de créer rapidement, au sein du Comité de concertation saisi d'un conflit d'intérêt sur les propositions de loi relatives à la circonscription électorale de BHV, un groupe chargé d'élaborer des propositions de solution. Les conclusions de ce groupe devront être examinées et mises en oeuvre dès l'été 2009".

Le débat sur la déclaration gouvernementale commencera vendredi à 10 heures et se poursuivra l'après-midi pour se terminer par un vote de confiance. Alors que l'ancien ministre de la Justice Jo Vandeurzen avait rejoint son banc dans les rangs CD&V, on remarquait par contre l'absence de l'ancienne ministre Inge Vervotte qui a refusé d'entrer dans le nouveau gouvernement par solidarité avec Yves Leterme et Jo Vandeurzen.

Quant au nouveau vice-premier ministre CD&V et ministre des Entreprises publiques, Steven Vanackere, il a fait une entrée remarquée, en retard parce qu'il donnait des interviews dans les couloirs de l'assemblée. Son collègue, le nouveau ministre Open Vld de l'Intérieur, Guido De Padt, avait quant à lui cette fois veiller à ne pas rater l'événement. La veille, il n'était en effet pas présent pour la photo de famille du nouveau gouvernement réalisée dans le péristyle du parlement parce qu'il accordait des interviews.