Belgique Le Premier ministre Charles Michel a réagi, lors de la fête de l'Iris, aux micros de nos confrères de la RTBF et d'RTL, aux déclarations du bourgmestre Bart De Wever, invité vendredi soir de l'émission politique flamande Terzake (VRT).

Au cours de l'interview, l'homme fort de la N-VA a déclaré qu'"il était prêt à devenir Premier ministre pour mener le confédéralisme". 

"Qu'un N-VA devienne Premier ministre, je ne peux pas l'exclure. Si nous sommes confrontés à une montée inévitable de la gauche en Wallonie, du PS, du PTB, d'Ecolo, nous devrons le plus vite possible mener le basculement vers le confédéralisme. S'il faut que je sois le leader de ce processus, ils peuvent sans problème me retirer temporairement de l'Hôtel de Ville d'Anvers. Je pense que ça rendrait service à tous les habitants de ce pays".

Cette déclaration a fait réagir la partie francophone du pays, dont le Premier ministre Charles Michel qui a déclaré, amusé : "Si Bart De Wever est prêt à abandonner Anvers, qu'il est tombé à ce point amoureux de la Belgique et qu'il est prêt à avoir cette ambition, c'est plutôt amusant."

Avant d'enchaîner : "Mais plus sérieusement, c'est un détail peut-être, il y a des élections en 2019 et nous verrons de nouveau quels seront les programmes électoraux, quelles seront les majorités parlementaires."