Belgique

Le nouveau cours d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté (CPC) a fait son apparition, en septembre dernier, en secondaire, une année après son introduction en primaire. Un nouveau cours visant à favoriser le vivre-ensemble et à permettre à chaque élève de se développer en tant que personne et citoyen demandé depuis longtemps par le monde associatif laïque, mais aussi au niveau politique par le PS, Défi et Ecolo. Que ce soit l’année dernière ou celle qui est en cours, la mise en place du cours de CPC s’est déroulée dans un relatif chaos.

Le contrôle du contenu du cours par un corps d’inspecteurs spécifique ne devrait ainsi être opérationnel qu’en 2020, tandis que certains des professeurs de religion ou morale reconvertis en professeurs de CPC ont été soupçonnés par la Fapeo, l’organisation représentative des parents d’élèves dans l’officiel, de ne pas jouer le jeu et de proposer de l’occupationnel. Un certain nombre de classes attendaient également toujours leur premier cours en novembre en raison de difficultés organisationnelles.

Reste que ces cours étaient entièrement nouveaux et que leurs débuts difficiles doivent être donc relativisés et n’empêchent pas qu’ils rencontrent un vrai succès chez un grand nombre d’élèves, font valoir les partisans du cours de CPC.