Course verticale record de 102 m

Guy Bernard Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Belgique

Hier, le Belge Marc Sluzny a dévalé les 102 mètres de la façade d’une tour Belgacom en… courant. En 15’56’’. Waouaw ! Record mondial pulvérisé

SCHAERBEEK 15 secondes 56 centièmes. C’est ce qu’il aura fallu à Marc Sluzny pour dévaler, en courant, la façade haute de 102 mètres de la Tour U de Belgacom, hier midi. Un spectacle visible de la gare du Nord. Un authentique record du monde, suivi par une cohorte de badauds – Belgacomien(nes), pour la plupart.

“C’est un jour spécial !”, avait concédé, quelques instants avant le grand saut (Vertical Run) prévu à 12 h 30, cet Anversois de 50 printemps, increvable aventurier de l’extrême. Dame ! Bien qu’entraîné (yoga et abdos rythmèrent un mois et demi de préparation), l’ex-recordman du monde – en 1994 – d’altitude en benji (saut à l’élastique) devait battre les 34,76 secondes d’un Suédois.

“C’est un malade !”, entendit-on sur l’esplanade, plutôt bourrée, qui mène aux escaliers de la gare du Nord. Tandis que cette dame s’étonnait de l’improbable exploit envisagé le long d’un interminable câble, la foule levait les yeux au ciel, braquait ses GSM. Pour immortaliser la descente qu’un très épais matelas amortirait.

L’événement monté par l’opérateur et Samsung ne pouvait que transporter ce héros des temps modernes dans une autre Galaxy. Un absolu contrôle de l’adrénaline permit au champion (de parachutisme, d’escrime, de course nautique, etc.) de pulvériser la marque établie en 2010. Sous des applaudissements, finalement, presque mitigés…

Peut-être ces gens-là n’ont-ils que vaguement mesuré la portée de la folie de Marc Sluzny, un immense sportif qui se reposera à peine sur ses lauriers : “C’était très intense ! Et fantastique !”, commenta-t-il, sans omettre de remercier ces deux sponsors. Puis, celui-là d’enchaîner sur sa proche actualité, à savoir la sortie, “vers octobre novembre”, d’un DVD sur ses plongées avec des requins blancs.

Ensuite, seulement ensuite, l’homme du Guiness Book pensera non plus à courir sur une des Twin Towers bruxelloises, mais à se fixer quelque autre défi hallucinant. Un “super record”, archi-médiatisé, ça donne des ailes à un Marc Sluzny jamais rassasié de prouesses. Et tant que des sponsors de ce calibre lui mitonneront une organisation sans l’ombre d’une faille…



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner