Belgique

Le président du sp.a, John Crombez, a invité mardi le bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever, à observer l'ampleur des problèmes de drogues dans son propre parti après les allégations du président de la N-VA selon lesquelles certains politiciens sont sur le point de tomber sous l'influence de la mafia de la drogue qui sévit dans les quartiers populaires anversois. 

"A la tête de la N-VA anversoise, il y a même des gens avec un passé dans la drogue", a asséné John Crombez dans le journal de la chaîne privée VTM. Alors que Bart De Wever avait précisé que contrairement à d'autres formations politiques, la sienne était immunisée face au risque d'influence de la mafia de la drogue, John Crombez l'a invité mardi à balayer devant sa porte. 

John Crombez s'est dit particulièrement courroucé par les "insinuations" lancées par son homologue à la N-VA. "La corruption se combat en toute transparence. Si au sommet de la N-VA, des gens ont un passé avec la drogue ou des liens avec des fabricants d'armes, cela peut se savoir aussi", a-t-il estimé. "Practice what you preach (il faut prêcher par l'exemple, Ndlr), a-t-il lancé.

Bart De Wever a peu goûté ces accusations. "Je ne vais pas me placer au niveau du commérage, ce serait descendre au ras des pâquerettes", a-t-il réagi sur VTM, vingt-quatre heures après avoir lui-même lancé des insinuations. "Et il y a une grande différence entre des gens qui ont connu un problème de consommation, comme l'accoutumance à l'alcool, et le crime organisé qui tire les ficelles du milieu de la drogue, je ne vois absolument pas le rapport", a-t-il ajouté.