Belgique Chaque année, c’est la même rengaine : à la fin du plan hiver, des centaines de personnes sont laissées sur le carreau. Pourtant, les associations le répètent : la rue n’est pas moins destructrice en été qu’en hiver. Pourtant, d’aucuns estiment que ce message, répété au fil des ans, n’a toujours pas reçu de réponse politique à la hauteur comme le révèle La Libre Belgique. "Historiquement, tout le secteur (du sans-abrisme, NdlR) s’est structuré autour de l’aide d’urgence. Cette logique était peut-être vraie il y a 20 ans. Mais aujourd’hui, tous les indicateurs socio-économiques sont au rouge et la population de sans-abri ne fait qu’augmenter. Il faut arrêter les solutions sparadraps, changer le système classique. Certes, les plans saisonniers permettent d’éviter des drames… Mais ils n’ont pas encore réussi à endiguer ce phénomène", balance Renaud De Backer, chargé de projet au Relais social urbain de Namur, un des sept organes wallons en charge de la coordination des plans d’aide d’urgence.
(...)