Belgique

Des explosions ont été entendues dans le hall des départs. Une personne aurait crié quelque chose en arabe avant que des coups de feu ne retentissent, expliquent plusieurs témoins. Un policier a été grièvement blessé. Il est brûlé au 3ème degré et a perdu sa jambe.


Le service de déminage a neutralisé un paquet suspect à Brussels airport, selon une source policière. Le périmètre autour de l'aéroport est toujours bouclé. Alors que les investigations afin de retrouver des armes et/ou des explosifs semblaient terminées en fin d'après-midi, une source policière a annoncé que, lors des devoirs d'enquête complémentaires en cours mardi soir, de nouveaux explosifs avaient été découverts.


Les travaux de déblayage dureront toute la nuit et encore mercredi

Les travaux de déblayage de l'aéroport de Zaventem devraient durer toute la nuit de mardi à mercredi et se poursuivre encore mercredi, indique-t-on mardi soir de source policière. "En raison de l'étendue des dégâts, les travaux de déblayage devraient durer toute la nuit", affirme cette source, qui ajoute que le site de l'aéroport restera inaccessible pendant toute cette période.

Outre les pompiers, la police scientifique et le parquet sont présents pour effectuer divers devoirs d'enquête.

Le CEO de l'aéroport Arnaud Feist avait annoncé en fin d'après-midi que l'aéroport resterait fermé mercredi. "En concertation avec le parquet, nous envisageons une réouverture après-demain (jeudi)", avait-il précisé.


"Des clous dans les bombes à Brussels Airport"

Les bombes utilisées pour commettre une attaque terroriste mardi matin à l'aéroport de Zaventem contenaient des clous, a indiqué à VTM l'administrateur délégué de l'hôpital universitaire Gasthuisberg de Louvain, Marc Decramer. La plupart des victimes accueillies dans cet hôpital présentaient des fractures, brûlures et d'importantes coupures causées par des objets métalliques. Treize victimes des attaques sont actuellement soignées au Gasthuisberg. Cinq d'entre elles sont grièvement blessées.

L'hôpital dispose d'une capacité suffisante pour éventuellement accueillir d'autres victimes.


Une ceinture d'explosifs

Des armes ont été découvertes dans le bâtiment de l'aéroport de Zaventem, a appris l'agence Belga de source bien informée. L'information n'a pas été confirmée de source officielle. Selon VTM, une ceinture d'explosifs intacte a été retrouvée à l'aéroport. De plus, une kalachnikov aurait été récupérée près du corps d'un assaillant selon la VRT.

Le centre de crise du SPF Intérieur annonce, via son compte Twitter, qu'un paquet suspect a été neutralisé par le service de déminage, à l'aéroport de Zaventem (Brussels Airport).

La police continuait, mardi vers 13h00, d'inspecter l'aéroport de Zaventem où la menace est toujours présente, selon une source policière. La police poursuit les analyses et ratisse l'aéroport car des armes pourraient encore être sur les lieux. Les forces de l'ordre ne seraient en outre pas encore persuadées que tous les terroristes aient quitté le bâtiment. L'opération pourrait encore durer plusieurs heures, a précisé cette source policière.

Un groupe de jeunes à Brussels Airport cherche la bagarre

La police contrôle en ce moment un groupe d'une dizaine de jeunes à Brussels Airport. Il s'agit d'adolescents qui cherchaient la bagarre avec la police et qui ont refusé de suivre les injonctions des agents. L'un d'eux a entre-temps été interpellé et emmené au commissariat. La police contrôle en ce moment l'identité des autres fauteurs de troubles.


Trois bombes présentes, deux ont explosé

Trois bombes ont été utilisées ce mardi matin lors de la double explosion à l'aéroport de Zaventem. Deux bombes se sont déclenchées dans le hall d'entrée: une près de l'accueil de la compagnie Brussels Airlines et une autre sur le côté droit, près de la réception de la compagnie American Airlines. Selon la VRT, une troisième bombe aurait également été découverte.

"J'étais dans le hall des départs à la rangée 10 quand j'ai entendu une première déflagration vers 7h45. Les gens ont commencé à courir vers la sortie. Puis il y a eu une deuxième explosion au niveau de la rangée 8 ou 9. Des morceaux de plafond sont tombés. Là les gens ont paniqué. Puis cela s'est calmé. J'ai vu quelques blessés, qui étaient impressionnants, mais plutôt légers. Puis j'ai pu aller chercher ma valise, cela a été le ballet des pompiers et des ambulances", a expliqué Marie-Odile, une témoin sur place.

Le hall était bondé étant donné que beaucoup de départs ont lieu le matin.

Le plan catastrophe provincial a été déclenché. Tous les services compétents sont attendus au comité de coordination, qui analysera la situation, en concertation avec le centre de crise national, afin de définir les mesures nécessaires.


"Des corps ont volé en l'air et sont retombés lourdement" (témoignages)

Maggie De Block, la ministre de la Santé, a confirmé qu'il y avait 14 morts et 81 blessés. Les pompiers ont fait état  de 15 morts.

"Il y a des corps démembrés partout", confirme une journaliste de la DH. "Il y a du sang partout". L'épouse du député Georges Dallemagne (cdH) confirme que des personnes âgées ont été mises sur des brancards et évacuées du bâtiment.


Niveau d'alerte relevé dans tout le pays

Le niveau de sécurité dans les aéroports régionaux de Flandre a été relevé à 4 à la suite des explosions à l'aéroport de Zaventem (Brussels Airport), a annoncé le ministre flamand en charge des aéroports, Ben Weyts. Il a ensuite été relevé dans tout le pays.

La dernière fois que l'aéroport de Zaventem a été touché, c'était en 1979.

Un numéro d'appel - le 1771 - a été ouvert mardi pour répondre aux questions des familles des victimes et des voyageurs présents à l'aéroport de Zaventem (Brussels Airport), où des explosions ont eu lieu en matinée, a indiqué le gouvernement fédéral. Les réseaux mobiles sont saturés, le ministre De Croo demande à ce qu'on privilégie les réseaux sociaux plutôt que les appels.


Mesures renforcées à l'étranger

1600 policiers supplémentaires ont été déployés dans les aéroports et les gares ferroviaires et maritimes en France.

La sécurité a été renforcée autour des institutions européennes à Strasbourg à la suite des attaques de Bruxelles, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture. Ce renforcement concerne le dispositif policier et militaire autour des institutions européennes, a précisé une porte-parole de la préfecture.

La police britannique a renforcé sa présence "dans les endroits névralgiques" du Royaume-Uni, "dont les transports, pour protéger la population", a déclaré mardi le chef de la section antiterroriste de la police britannique, Mark Rowley.