Belgique

La mort de la reine Fabiola a frappé l'ensemble du pays.

La reine Fabiola est décédée à l'âge de 86 ans au Château du Stuyvenberg à Bruxelles. Les réactions n'ont pas tardé à affluer de tout le pays. En premier, c'est évidemment le couple royal qui s'est exprimé sur le décès de la veuve du Roi Baudouin.

"Le Roi et la Reine et les membres de la famille royale annoncent avec une très grande tristesse le décès de Sa Majesté la Reine Fabiola ce vendredi soir au château du Stuyvenberg, à Bruxelles".


Mgr Léonard: "Comme tant de Belges, j'ai beaucoup apprécié son engagement pour le pays"

"Comme tant de Belges, j'ai beaucoup apprécié l'engagement de la reine Fabiola pour la Belgique. En tant que personnalité publique, la Reine a toujours su faire la différence entre ses ferventes convictions religieuses personnelles et le fait qu'elle était la reine de tous les Belges", a déclaré samedi monseigneur Léonard. L'archevêque de Malines-Bruxelles ajoute qu'il n'a pour l'instant reçu aucune information officielle sur les funérailles qui se dérouleront vendredi, mais il prévu que son prédécesseur, le cardinal Danneels, célèbre l'Eucharistie. "Le cardinal Danneels a en effet mieux et plus longtemps connu la reine Fabiola que moi. Il est donc normal et juste que ce soit lui qui préside la cérémonie et que je la concélèbre avec les autres évêques. Je ne connaissais pas personnellement la Reine et ne lui ai jamais parlé qu'à peine quelques minutes", souligne Mgr Léonard. Les nonces apostoliques Mgr Berloco et Mgr Lebeaupin pourraient aussi être présents.

Monseigneur Léonard se souvient de la reine Fabiola comme d'une personne qui s'est entièrement consacrée à la Belgique. "Elle a quitté son pays pour se marier avec le roi Baudouin et donc avec la Belgique. Elle a toujours soutenu le roi Baudouin avec discrétion, et il s'est réellement épanoui après leur mariage."

Selon lui, Fabiola était "une croyante fervente, un peu à l'espagnole, avec un grand coeur pour les gens et pour Dieu. Elle a aussi joué un rôle particulièrement admirable dans les domaines de l'art et de la musique, comme dans le cadre de son engagement pour le concours Reine Elisabeth".

La reine Fabiola a cependant aussi traversé des épreuves, rappelle Mgr Léonard. Elle était "très déçue de ne pas avoir eu d'enfants. C'était pour elle une grande douleur. Je pense qu'elle a réussi à surmonter cela en étant mère d'une autre façon, en s'engageant auprès des enfants, des malades et des personnes fragiles. De nombreuses personnes vivent cette épreuve lorsqu'ils ne peuvent pas avoir d'enfants ou lorsqu'ils font le choix de ne pas en avoir, comme moi-même et les autres prêtres par exemple. Il faut alors se créer une autre forme de paternité ou maternité, au sens plus large".


La présidente du Sénat présente ses condoléances à la famille royale

La présidente du Sénat, Christine Defraigne, a présenté samedi ses sincères condoléances à l'ensemble de la famille royale après le décès de la reine Fabiola.

Christine Defraigne a souligné "l'énorme empathie et la chaleur qui caractérisaient tellement la reine Fabiola dans ses rapports avec nos concitoyens". "Son parcours de vie nous prouve que la dignité, l'engagement et les convictions fortes sont parfaitement compatibles avec l'humour et la joie, même dans l'exercice d'une fonction aussi prestigieuse et emblématique que la sienne", a indiqué la présidente du Sénat dans un télégramme.


Le grand-duc Henri de Luxembourg adresse ses condoléances à la famille royale belge

Le grand-duc Henri de Luxembourg a adressé samedi ses très sincères condoléances à la famille royale belge après le décès de la reine Fabiola. "Sire. C'est avec grande émotion que la Grande-Duchesse et moi-même avons appris la nouvelle de la disparition de la Reine Fabiola", indique le grand-duc Henri dans un télégramme adressé au roi Philippe.

"Avec mon père, notre famille et nos compatriotes nous vous exprimons nos très sincères condoléances. Nous garderons un souvenir ému et reconnaissant d'une Reine qui a mis toutes ses qualités d'esprit et de coeur au service du règne de son époux et du bien-être de ses concitoyens. Sa joie de vivre et son enthousiasme communicatifs ont toujours été un exemple pour nous", est-il encore écrit.


François Hollande salue "une grande dame de coeur"

Le président français François Hollande a rendu hommage samedi à la reine Fabiola, saluant "une grande dame de coeur". "La France gardera de la reine Fabiola le souvenir d'une grande dame de coeur qui, au côté de son époux le roi Baudouin, n'aura eu de cesse de se consacrer aux plus faibles et aux plus démunis", a écrit le chef de l'Etat dans un communiqué publié par l'Elysée.


La famille royale espagnole adresse ses condoléances à la famille royale belge

La famille royale espagnole a adressé vendredi ses plus sincères condoléances à la famille royale belge après le décès de la reine Fabiola, peut-on lire sur le compte Twitter de la monarchie espagnole. La reine Fabiola, originaire d'Espagne, est née le 11 juin 1928 à Madrid. Issue de la noblesse espagnole, elle est la troisième fille de don Gonzalo de Mora y Fernández Riera del Olmo, comte de Mora, et de doña Blanca de Aragón y Carrillo de Albornoz. Des familles qui ont toutes deux exercé une influence importante en Espagne.


Une femme qui dégageait "une force et un charisme hors du commun", selon Onkelinx

Rendant elle aussi hommage à la reine Fabiola décédée vendredi, l'actuelle cheffe de file de l'opposition socialiste à la Chambre, l'ex-Vice-première ministre socialiste, Laurette Onkelinx, a tenu à mettre en avant le souvenir d'une personnalité qui dégageait "une force et un charisme hors du commun", en particulier lorsqu'elle apparut en blanc à l'occasion du décès du roi Baudouin, décédé en Espagne en 1993.


Les condoléances de Charles Michel et Didier Reynders

Le Premier ministre Charles Michel, au nom du gouvernement fédéral, "exprime ses plus sincères condoléances à Leurs Majestés le Roi Philippe et la Reine Mathilde ainsi qu'à l'ensemble de la Famille royale", à la suite du décès de la Reine Fabiola survenu ce vendredi soir.

M. Michel "tient à rendre hommage à la Reine Fabiola pour son engagement en faveur du pays sur les plans social et culturel, notamment à travers le Concours Reine Elisabeth".

"La Belgique perd ce soir une grande reine qui a fait rayonner l'image de notre pays à travers le monde entier. Nous garderons le souvenir d'une grande dame qui s'inscrira dans l'Histoire de notre pays", déclare Charles Michel.

L'ancien ministre des Affaires étrangères Didier Reynders s'est lui aussi épanché au micro de RTL. Il a salué la discrétion de la Reine, son contact avec le citoyen et surtout son humour. "Elle a marqué de nombreuses générations, on a appris à la connaître. Je me souviens de ce deuil en blanc mais cet espoir malgré la situation".


Lutgen retiendra ses convictions, Demotte sa passion pour la musique

Benoit Lutgen et l'ensemble du cdH ont également réagi par l'intermédiaire d'un communiqué. "Le cdH salue la mémoire de Fabiola de Mora y Aragòn, devenue la cinquième Reine des belges lors son mariage avec le Roi Baudouin, en 1960", peut-on y lire. "Tous se souviendront de ses convictions, de son engagement, de son attention pour les plus faibles tant durant ses 33 années de règne qu’après le décès du Roi Baudouin en 1993. Le cdH présente ses plus sincères condoléances à la Famille Royale de Belgique ainsi qu’aux membres de la famille de la Reine Fabiola et à ses proches".

Le ministre-président de la fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, rend hommage à "une figure connue, appréciée du grand public, qui sera regrettée dans les milieux culturels où elle était très présente". Ministre communautaire de la Culture au début des années 90, Rudy Demotte a côtoyé la Reine dans le cadre de ses activités protocolaires mais également dans la sphère privée. "Elle était éprise de culture et de musique, une passion qu'elle partageait avec mon épouse", explique-t-il.

Il évoque l'image d'une "dame qui avait du coeur, d'une grande fidélité et engagée dans les projets de société". "Elle a accompagné son époux jusqu'au bout de sa vie et son image est associée à celle du roi Baudouin, le Roi aimé. Elle a affronté son décès avec courage. Elle était une femme très engagée au niveau pieu, bien aimée de tous ceux qui la fréquentaient", a conclu Rudy Demotte.

People, officiels ou anonymes, beaucoup ont déclaré leur admiration ou affection à la défunte, principalement sur les réseaux sociaux.





Le président du MR, Olivier Chastel, a salué vendredi "la mémoire de la Reine Fabiola", dans une réaction communiquée sur Twitter. "Elle a marqué plus d'un demi-siècle de l'histoire de la Belgique avec son volontarisme, son engagement et son soutien au Roi Baudouin", souligne M. Chastel.



Le PS, Ecolo, Manigain réagissent également

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a lui aussi tenu à adresser vendredi soir "ses sincères condoléances aux souverains et à leurs proches" à la suite du décès de la reine Fabiola, dont il a dit avoir appris le décès "avec tristesse".

M. Vervoort a précisé qu'il garderait en mémoire "le souvenir d'une reine très appréciée du peuple belge".

De son côté, le Parti socialiste s'est exprimé par un communiqué. Le Président Elio Di Rupo y adresse à "tous les membres de la famille royale ses plus sincères condoléances". "La Reine Fabiola a assisté le Roi Baudouin durant tout son règne au service de la Belgique. Elle restera dans les mémoires pour sa présence et sa disponibilité, notamment auprès des plus fragiles de notre société".

Les co-présidents d'Ecolo, Olivier Deleuze et Emily Hoyos, ont adressé leurs "plus sincères condoléances aux membres de la famille royale" après le décès, vendredi soir au château du Stuyvenberg à Bruxelles, de la reine Fabiola. "Nombreux sont les citoyens qui se souviendront d'une Reine qui a été, aux côtés du roi Baudouin, et tout au long de son règne, proche des Belges, particulièrement lors de moments difficiles", soulignent les co-présidents dans un communiqué.

Le président des FDF, Olivier Maingain a affirmé vendredi soir qu'il garderait de l'épouse du roi Baudouin "le souvenir d'une personnalité particulièrement attachée à la population de son pays d'adoption, manifestant un intérêt permanent pour les plus fragilisés". Manifestant "sa plus vive émotion à l'annonce de sa disparition brutale", et présentant ses "plus sincères condoléances à la famille royale" au nom de l'ensemble des parlementaires FDF, M. Maingain a souligné que la Reine Fabiola fut toute sa vie "au service de la monarchie avec une affection sans limite et un amour sincère pour la personne du Roi Baudouin".

Le ministre-président wallon, Paul Magnette, a salué dans un communiqué "la mémoire de la première Reine de la Belgique fédérale", après l'annonce vendredi du décès de la reine Fabiola. "La reine Fabiola a assumé une tâche et une présence constantes pendant une longue et importante période de l'histoire du pays, c'est une page qui se tourne avec sa disparition", a réagi M. Magnette. "Au nom du Gouvernement wallon, (il) présente ses condoléances à la Famille royale".

© Reporters

"La notion de couple royal est apparue avec Fabiola"

C'est avec la reine Fabiola qu'est apparue la notion de couple royal co-agissant. 'La reine et moi'. Pendant 33 ans, la reine Fabiola a été constamment aux côtés du roi Baudouin dans les bons et mauvais moments comme les catastrophes", a commenté vendredi soir Francis Balace, historien à l'ULg, contacté par l'agence Belga. "On gardera l'image du couple royal, du Baudouin des années 50-60 et d'après 1960 lorsqu'il s'est marié". L'historien a aussi rappelé la position "toute en modestie" de la reine Fabiola qui avait pris du recul après le décès du roi Baudouin pour "ne pas faire d'ombre au couple royal formé par Albert et Paola qu'elle a propulsé vers l'avant".

Dix ans après le décès de son époux, la reine n'apparaissait plus beaucoup en public, ajoute M. Balace. "Ce fut une période de critiques sur la dotation notamment qui avait été votée par le gouvernement. Certains ont dit que c'en était trop. Puis, il y a eu la saga de la fondation Fons Pereos. La reine en a beaucoup souffert", souligne l'historien.

Francis Balace indique aussi que la reine Fabiola est la seule souveraine qui a été menacée de mort. "Elle avait pris cela avec humour au 21 juillet en sortant une pomme, clin d'oeil à celui qui la menaçait d'une arbalète", se souvient encore M. Balace.


Les médias étrangers reprennent rapidement la nouvelle

La presse étrangère, dont espagnole, a rapidement repris l'annonce du décès de la reine Fabiola, vendredi soir. Moins d'une heure après le communiqué officiel du Palais royal, les principales agences de presse des pays proches avaient repris la nouvelle. Les pays voisins, France et Pays-Bas en tête, ont donné une place de choix à l'annonce du décès dans les journaux télévisés.

Le chroniqueur royal français Stéphane Bern a été parmi les premiers à exprimer ses condoléances sur le réseau social Twitter, d'un sobre "Tristesse d'apprendre la disparition de la reine Fabiola de Belgique".


Des sculptures de glace à Anvers et Liège pour rendre hommage à la reine Fabiola

L'organisateur de l'événement "Disneyland Paris Ice Dreams", une exposition de sculptures de glace qui se tient actuellement à Liège et à Anvers, a annoncé vendredi qu'une représentation de la reine Fabiola serait ajoutée dans chacune des deux locations en signe d'hommage, à la suite de l'annonce de son décès vendredi en début de soirée. A Anvers, où le festival se poursuit jusqu'au 11 janvier, une artiste russe se chargera de la nouvelle oeuvre. Celle-ci est attendue dans la ville portuaire dimanche, à l'issue d'un vol depuis Saratov, dans le sud de la Russie. Irina Sokolova, la sculptrice de glace choisie, commencera lundi la réalisation du buste de la reine Fabiola, qui devrait être terminé pour vendredi. Les visiteurs auront l'occasion d'allumer une bougie près de la nouvelle sculpture.

Pour Liège, où le festival est prévu jusqu'au 4 janvier, l'organisation recherche un portraitiste en 3D spécialisé dans les visages. La société est en contact avec un artiste polonais, qui n'avait toutefois pas encore confirmé sa venue vendredi soir.

"La famille royale a déjà souvent visité nos festivals de sculptures de glace ou de sable, et nous leur en sommes très reconnaissants. C'est notre manière de leur rendre hommage. Durant l'été de 2003, nous avions d'ailleurs aussi sculpté dans le sable à l'occasion de la naissance du prince Gabriel, le deuxième enfant du roi Philippe et de la reine Mathilde", indique Alexander Deman.

L'organisateur doit encore choisir la photo qui servira de modèle aux oeuvres d'hommage. "Il s'agit de choisir entre de nombreuses photos d'une longue histoire", précise Alexander Deman.


© Reporters

"Les soeurs d'Opgrimbie prieront pour Fabiola"

Les soeurs du couvent d'Opgrimbie consacreront une grande place dans leurs prières à la reine Fabiola, a indiqué Guido Vanheusden, prêtre de Zutendaal, qui célèbre régulièrement l'eucharistie au couvent. "Les soeurs ne témoigneront pas publiquement de leur compassion", précise-t-il. La reine Fabiola entretenait des liens étroits avec les soeurs d'Opgrimbie. Elle avait personnellement contribué à ce qu'elles puissent construire leur couvent au sein du domaine boisé. La reine leur rendait régulièrement visite. "Je l'y ai vu souvent", déclare le père Vanheusden. "Elle venait spécialement y prier avec les soeurs. Je l'ai vu pour la dernière fois personnellement au couvent d'Opgrimbie il y a un an. Elle disposait également d'un lieu privé dans le domaine où elle se rendait régulièrement".

Il y a encore 14 soeurs au couvent. "Elles accorderont certainement une attention spéciale à la reine dans leurs prières et liront une intention à son égard lors de l'eucharistie. Elles organiseront peut-être une veillée mais elles vivront leur deuil à l'abri des regards extérieurs. Le hasard veut que le mère supérieure est en ce moment au couvent, de retour de France. Elles seront chacune les unes pour les autres d'un grand soutien dans ces moments difficiles".


"Elle était aimée du peuple grâce à sa spontanéité, qui compensait la rigidité et la raideur de Baudouin"

La reine Fabiola s'intéressait beaucoup aux questions éducatives et sociales. Elle était également active dans le secteur culturel, en particulier comme présidente d'honneur du concours Reine Elisabeth, rappelle Mark Van den Wijngaert, professeur émérite en histoire contemporaine à la HUB (Universiteit-Hogeschool Brussel). La reine Fabiola a par ailleurs voyagé bien plus que les femmes qui l'ont précédée au Palais. "Mais surtout, elle accompagnait énormément son mari, même quand il se rendait sur les lieux d'une catastrophe. Elle était aimée du peuple grâce à sa spontanéité, qui compensait la rigidité et la raideur de Baudouin", relate l'historien. Fabiola tranchait aussi avec la timidité de son mari par son exubérance, liée peut-être à ses racines espagnoles.

"Le roi Baudouin était un fervent catholique beaucoup plus extrême que la reine Fabiola", estime Mark Van den Wijngaert. "C'était Fabiola qui devait parfois remettre Baudouin les pieds sur terre, lorsque sa foi le rendait un peu trop ésotérique."

"Elle a gardé quelques réserves avec le mouvement charismatique introduit dans la maison royale par le roi Baudouin via l'Irlandaise Veronica O'Brien", rapporte encore Mark Van den Wijngaert. "Contrairement à une idée largement répandue, Fabiola abordait les convictions, notamment religieuses, de façon plus réaliste que Baudouin, qui était plus détaché du monde et souvent extrême sur ce plan-là." D'après le spécialiste de la monarchie, la reine était plus ouverte aux différentes opinions que son époux.

"D'un autre côté, Fabiola a elle aussi pu se montrer éloignée des réalités", relève Mark Van den Wijngaert, se référant aux rebondissements qui ont entouré la création de la fondation "Fons Pereos" destinée à aider sa famille espagnole. "Cela montre une certaine naïveté de sa part. Mais cela témoigne aussi d'une vision un peu déphasée et aristocratique où l'on peut exiger des privilèges en vertu de son titre, au mépris des lois et règles de succession."

Mark Van den Wijngaert juge enfin positivement la manière avec laquelle l'aristocrate espagnole a réussi à s'intégrer dans notre pays et fit de son mieux pour maîtriser le néerlandais en dépit de son fort accent espagnol. "Elle est finalement devenue très populaire auprès des gens grâce à sa gaieté et son exubérance", conclut le professeur.

© Reporters

Les évêques de Belgique profondément attristés

Les évêques de Belgique sont profondément attristés par le décès de la reine Fabiola, indique vendredi soir un communiqué de la Conférence épiscopale de Belgique. "Elle a quitté son Espagne natale pour rejoindre son grand amour. Cet amour a aidé le roi Baudouin à devenir le souverain le plus aimé de tous. Mais l'amour de Fabiola a rayonné encore plus. Elle savait ce que signifiait de ne pas avoir d'enfant mais elle ne s'est pas enfermée dans la douleur et le chagrin. Au contraire, elle savait transformer cette épreuve, en aimant autrement. Elle voulait être la mère de tous ses compatriotes et en particulier de ceux qui avaient été blessés par la vie. Notre pays lui sera reconnaissant pour cela", souligne le communiqué.

Au nom de la communauté catholique du pays, les évêques font part de leurs condoléances à la famille royale et au peuple belge. Ils invitent les croyants de prier pour la reine défunte. "A-Dieu, Madame, Et merci pour tout".


Geert Bourgeois présente les condoléances du gouvernement flamand

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) a présenté les condoléances de son gouvernement vendredi soir, après l'annonce du décès de la Reine Fabiola. "C'est avec chagrin que j'ai pris connaissance du décès de Sa majesté la Reine Fabiola. Au nom du gouvernement flamand, je tiens à présenter mes condoléances. Mes pensées vont en premier lieu à sa famille et à ses proches", indique M. Bourgeois dans un très bref communiqué.


"On gardera le souvenir d'une Reine engagée pour la Communauté germanophone"

Le ministre-président de la Communauté germanophone, Oliver Paasch, a appris "avec tristesse" le décès de la reine Fabiola. Au nom du gouvernement et de toute la population de la Communauté germanophone, il adressé ses condoléances aux proches de la Reine. "La Reine et son mari le roi Baudouin ont toujours été très proches de la Communauté germanophone et de ses citoyens. La Reine, qui parlait parfaitement l'allemand, s'est toujours engagée pour la Communauté germanophone", a souligné Oliver Paasch.

Le président du parlement de la Communauté germanophone et ancien ministre-président, Karl-Heinz Lambertz, a quant à lui salué le sens de l'empathie de la 5e Reine des Belges. "Lors d'une rencontre avec des milliers de personnes handicapées, j'ai été particulièrement touché par la capacité de la Reine de communiquer avec ces personnes différentes", a précisé Karl-Heinz Lambertz. Ce dernier a également rappelé les liens étroits que la Communauté germanophone entretenait avec la Reine qui, souligne-t-il lui aussi, parlait parfaitement l'allemand.


La Commission des Finances de la Chambre observe une minute de silence

La Commission du Budget et des Finances de la Chambre a observé une minute de silence à l'annonce du décès de la Reine Fabiola. Les députés débattaient de la loi-programme qui exécute le programme du gouvernement avec le ministre des Finances lorsque la nouvelle est tombée. Les débats ont ensuite repris, sur un ton plus sobre que durant l'après-midi.