Belgique Olivier Maingain et Défi se lancent à l’assaut de la Wallonie, avec ambition. Plusieurs ralliements de taille ont déjà été enregistrés.

Selon les derniers sondages, votre parti atteint 6,5 % des intentions de vote en Wallonie. Vous avez par ailleurs réalisé quelques belles prises avec Pierre-Yves Dupuis à Namur ou Renaud Duquesne à Marche. Il y en aura d’autres ?

"Oui, je confirme qu’il y a encore des personnes susceptibles de nous rejoindre. Au niveau local et peut-être aussi des plus emblématiques. Mais soyons clairs : je ne cherche pas à débaucher des parlementaires en place. Ma démarche, c’est plutôt qu’il y a un certain nombre de personnalités qui se sont détachées de leur parti et considèrent que notre parti est susceptible de faire passer leur message. Ce sont celles-là qui me contactent. Mais je le dis tout de suite : nous n’acceptons pas de personnes en rupture pour des raisons suspectes. Ou qui voudraient simplement surfer sur une vague porteuse pour obtenir un mandat."