Belgique

"Ce qu'il s'est passé à Aarschot, ne peut pas se produire. Notre belle ville a besoin d'une gestion du personnel moderne et objective", a réagi vendredi après-midi Gwendolyn Rutten, la présidente de l'Open Vld et échevine de la ville après la démission de l'échevine Christel Verlinden, elle aussi Open Vld. 

Cette dernière a reconnu avoir tuyauté un ouvrier sur les questions d'un examen afin qu'il conserve son poste. 

"Le bourgmestre André Peeters m'a transmis, hier/jeudi, des sms anonymes dans lesquels il était question de Christel Verlinden. Je les ai transmis au parquet et aux instances compétentes. C'est le devoir de chacun dans la gestion publique", a indiqué Mme Rutten.

"Les règles du jeu valent pour tout le monde. Aarschot doit aller de l'avant et ce ne sera possible que si tous les partis rompent résolument avec les pratiques du passé", a-t-elle encore estimé.

Christel Verlinden, qui figurait à la troisième place de la liste locale emmenée par la présidente nationale de l'Open Vld, ne se présentera pas aux élections communales. Elle a reconnu les faits dans un communiqué, où elle explique que l'ouvrier travaillait depuis des années à la satisfaction générale. 

"J'ai commis une faute, je n'aurais pas dû le faire", a-t-elle avoué.