Belgique Le ministre Denis Ducarme veut mettre en place des assises "qualité et respect" suite à l’affaire de viande avariée à Bastogne

Après la découverte des manquements en matière de sécurité alimentaire au sein de la société Veviba, place aux solutions. Ce dimanche, le ministre de l’Agriculture, Denis Ducarme, a déclaré vouloir mettre en place des assises " qualité et respect" à la suite de l’affaire Veviba. Il lancera une proposition en ce sens mardi au cours d’une réunion de concertation de la chaîne de la filière viande (de l’éleveur à la distribution), a ajouté celui qui est à la fois ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire en Belgique.

Ces assises devront déterminer " un programme de nouvelles mesures à prendre". Le ministre Ducarme plaidera "naturellement auprès des Régions pour qu’elles soient pleinement associées à ce programme". "Il doit y avoir un avant et un après Veviba. Cette affaire a jeté l’ombre sur la filière viande de notre pays, alors que celle-ci propose des produits de grande qualité. La filière viande ne peut évidemment pas être réduite à Veviba", a-t-il souligné.

Ce programme qu’il entend déterminer avec les Régions et les différents acteurs constitue une " étape essentielle à la restauration de la confiance avec un consommateur légitimement heurté et inquiet après les révélations apportées par l’enquête judiciaire ".

L’entreprise Veviba a perdu ses agréments pour un atelier de découpe et un surgélateur industriel situés à Bastogne, après qu’une perquisition menée la semaine dernière a révélé une falsification de renseignements sur la date de congélation de la viande et une non-conformité de plus de 50 % des produits contrôlés.

L’affaire a démarré par une plainte émanant du Kossovo il y a 18 mois déjà. À l’époque, de la viande avariée en provenance de Veviba lui avait été livrée. Une plainte avait suivi et le personnel de l’Afsca était averti.

Raison pour laquelle le ministre Denis Ducarme a d’ailleurs exigé de l’Afsca un rapport complet sur tous les contrôles réalisés par l’Agence pour la sécurité alimentaire au sein des sites gérés par Veviba, pour les deux dernières années.