Belgique

L'enquête sur l'accident de train qui avait fait un mort à Louvain le 18 février 2017 est terminée. 

Le conducteur roulait trop vite et devra comparaître devant le tribunal de police, a indiqué le parquet de Louvain. On ignore encore si le gestionnaire du réseau, Infrabel, et la compagnie SNCB seront assignés. Le juge d'instruction a remis le dossier au parquet qui prépare son réquisitoire. Le timing précis du procès n'est pas connu. Le tribunal de police de Louvain devra faire la lumière sur les responsabilités dans cet accident qui avait fait un mort et 27 blessés. Le conducteur avait dans un premier temps été mis en cause. Selon les constatations de l'expert, il roulait trop vite.

Le train qui prenait la direction de La Panne a déraillé 500 mètres après la gare. La première machine s'était renversée. Le conducteur avait emprunté un premier aiguillage à la vitesse maximum autorisée de 40 km/h. Cette limitation était également d'application pour un deuxième aiguillage, mais celui-là a été négocié à 100 km/h. La limitation de vitesse est donnée par les signaux. Le conducteur affirme être convaincu qu'il pouvait rouler à 90 km/h à cet endroit, n'ayant probablement pas remarqué le signal.

Aucun défaut technique n'a été constaté sur les voies, les aiguillages, les signaux ou le convoi.