Belgique

La police de Bruxelles a arrêté judiciairement deux activistes du groupe collectif anonyme dimanche peu après 15H00 alors qu'elles protestaient seins nus sur le tapis de fleurs installé Grand-Place de Bruxelles.

Elles entendaient de la sorte dénoncer la décision du gouvernement fédéral d'enfermer des enfants migrants à Steenokkerzeel.

L'information, livrée par VTM, a été confirmée par le porte-parole de la police locale de Bruxelles-Ixelles, Olivier Slosse.

Les deux membres du collectif ont été entendues par la police et ont été libérées après audition aux environs de 17H00. Un procès-verbal judiciaire a été rédigé et sera transmis au parquet de Bruxelles.

© D.R.

Les deux activistes ne portaient que des chaussures et une culotte noires. Elles tenaient une banderole arborant le message "Ceci n'est pas un scandale, enfermer des enfants ça l'est", en référence au premier enfermement d'une famille de migrants avec enfants, mardi, au nouveau centre fermé de Steenokkerzeel.

Ce même message était également écrit sur leurs poitrines. Sur leurs dos, on pouvait lire: "Shame on Belgium".

Installées au centre du tapis de fleurs, les activistes ont expliqué aux visiteurs et badauds présents leurs motivations à l'aide d'un mégaphone.

Sur les images de VTM, on voit ensuite deux hommes liés à l'organisation de l'événement fouler l'oeuvre florale pour évacuer les deux intruses.