Belgique

Certains lui reprochent de ne pas placer BHV et Bruxelles dans ses priorités

BRUXELLES Unis comme les… quatre doigts de la main. Les présidents des partis francophones se sont vus hier dans le but d’échanger des informations et d’adopter une position commune sur les dossiers communautaires. “C’est fondamental” , souligne-t-on au PS.

Pendant ce temps-là, l’informateur royal, Didier Reynders (MR), a terminé son troisième tour de table avec les neuf partis impliqués actuellement dans le jeu institutionnel. Il avait déjà vu vendredi les présidents de la N-VA, du CD&V et du PS. Il s’est entretenu hier avec ceux du MR (Charles Michel depuis 14 février), de l’Open VLD, du SP.A, d’Écolo, de Groen ! et du CDH.

Un groupe de travail sur la loi de financement s’est tenu en parallèle. L’ambiance était visiblement bonne. Un autre groupe planchera ce matin sur l’emploi. On devrait alors connaître la suite du programme des festivités et “savoir qui joue le jeu” … Traduisez : quels partis pour intégrer la négociation ?

C’est que les choses n’avancent pas très vite. D’ailleurs les critiques fusent toujours. “L’emploi et la loi de financement, c’est une chose” , explique un observateur. “BHV et Bruxelles, c’en est une autre. Didier Reynders contourne déjà le problème.” “Ces deux sujets ont été évoqués lors des bilatérales avec les présidents” , relativise un autre.

Ce week-end avait été l’occasion pour certains de rappeler que BHV et l’avenir de Bruxelles sont le nœud du conflit communautaire. Le Roi l’avait d’ailleurs laissé entendre en pointant ces éléments parmi les priorités de la mission d’information. Des priorités à propos desquelles beaucoup attendent un positionnement du MR – et du FDF…

“C’est très simple. Sur BHV, il y a une position commune de tous les partis francophones” , a commenté hier Charles Michel, à l’issue du conseil du MR. “Pour le reste, je m’en tiens au communiqué du Palais. Et j’apporte tout mon soutien à l’informateur.”



© La Dernière Heure 2011