Belgique

Le parlement wallon a bouclé mercredi soir sa session 2016-2017 par le vote emblématique du rapport de la commission d'enquête Publifin. 

Le vote a été acquis à l'unanimité, moins l'abstention de l'ancien ministre des Pouvoirs locaux Paul Furlan: "rien à voir avec le contenu et la qualité du rapport, mais pouvant être considéré comme juge et partie, j'ai préféré m'abstenir", a-t-il justifié. Les autres votes ont été acquis de manière éparse, sur base de la majorité PS-cdH en sursis ou de l'axe MR-cdH en gestation, traduisant la persistance de la crise politique en cours.

La "majorité alternative" s'est mobilisée sur le vote du projet de décret du ministre Maxime Prévot (cdH) érigeant l'Agence wallonne du Patrimoine (AWaP) en service administratif à comptabilité autonome, et portant dissolution de l'Institut du Patrimoine wallon (IPW) ; ce projet, dont la mise en œuvre prochaine (1er janvier 2018) nécessitait l'urgence, a été soutenu par le MR et le cdH. Le PS, qui avait la possibilité de le bloquer, ne l'a pas fait: il s'est abstenu.

L'ajustement budgétaire a quant à lui débouché de manière très classique sur un vote appuyé par la majorité PS-cdH en sursis, contre l'ensemble de l'opposition.

Deux autres textes ont recueilli l'unanimité. L'un est très local: les communes de Modave et de Marchin avaient demandé en 2009 de modifier leurs limites territoriales pour permettre l'incorporation à Marchin d'un bout de chemin vicinal desservant exclusivement une partie de son territoire, et qu'elle entretenait déjà depuis plusieurs années. L'autre est lié à l'Europe: profitant de la transposition de la directive Open Data de 2013, la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont décidé de développer une stratégie d'ouverture des données publiques harmonisée.

Contrairement aux années précédentes, aucun discours de circonstance n'a marqué la fin de la session parlementaire.