Belgique

L'actuel chef du groupe DeFI au conseil communal de la Ville de Bruxelles, Fabian Maingain, tirera la liste de la formation amarante lors du scrutin du 14 octobre prochain, avec l'objectif de renforcer l'empreinte des Démocrates fédéralistes indépendants crédités de deux sièges en 2012 - quatre depuis les arrivées de Marie Nagy et Michaël François (ex-Ecolo) -, en obtenant six à huit sièges, a-t-il indiqué vendredi. 

Fabian Maingain précédera l'ex-conseillère communale schaerbeekoise Filiz Güles, par ailleurs cheffe d'entreprise, le président de la section DéFI de la Ville de Bruxelles, Jean-Louis Peters, l'ex-sénatrice et députée Marie Nagy, l'ancien conseiller communal Francis Heirbaut, la députée bruxelloise Fatoumata Sidibé et Michaël François (Ex-Ecolo).

Au stade actuel, la candidature de 25 personnes sur la liste a été validée par la section DéFI. Mais d'autres noms viendront la compléter dans les prochaines semaines.

Jusqu'à présent, la moité de la liste est composée de candidats qui vont connaître leur première campagne. Onze des personnes qui la composent sont issues du monde professionnel privé. Sept ont l'expérience d'un mandat politique.

Selon Fabian Maingain, l'actuelle majorité PS-MR a accumulé un certain nombre d'échecs: les dossiers du piétonnier, du stade, du Cirque Royel, du Samusocial.

Les grands axes du programme de DéFI, qui sera peaufiné d'ici la fin du mois de juin, ont trait entre autres à la "révolution de la gouvernance" visant à insuffler un changement des pratiques politiques, via l'application d'un décumul intégral des fonctions de bourgmestre et d'échevins et la non rémunération des mandats dérivés/accessoires. Ce changement passera aussi par une participation accrue des citoyens par la mise en place d'un code de la participation citoyenne instaurant des procédures d'initiatives et d'associations à la décision politique.

Autres chevaux de bataille électorale: un projet de Ville laïque et inclusive garantissant la liberté de croyance mais s'assurant de construire des ponts et favorisant la rencontre entre les différentes communautés; une Ville verte et durable à travers le développement de quartiers écologique lors du réaménagement de l'espace public, une Ville propre via l'instauration de contrats de propreté publique avec les commerçants assortis d'incitants fiscaux. On pointera enfin la lutte contre le harcèlement et l'homophobie sans oublier la sécurité et la volonté de faire de Bruxelles une ville intelligente en appliquant des solutions "smart city" dans toutes ses politiques.