Belgique

Le parti Islam, qui compte se présenter dans 28 communes en Wallonie et à Bruxelles lors des élections communales du 14 octobre prochain, a dévoilé vendredi des éléments de son programme, basé sur les principes du coran et de la charia et visant à l'établissement d'une "démocratie islamiste".

L'un des cofondateurs du parti, Redouane Ahrouch, qui est conseiller communal à Anderlecht, a expliqué à l'agence Belga qu'Islam prônait l'établissement d'un État islamique en Belgique ainsi que l'instauration de la charia.

Un objectif qui doit être atteint sans pour autant toucher à la Constitution belge, a toutefois souligné M. Ahrouch, par ailleurs chauffeur de bus à la STIB.

"Nous rassemblons et nous cherchons tout ce qui est bien dans les autres partis. Notre programme est une synthèse de tous les partis, de l'extrême gauche à l'extrême droite", a-t-il dit.

M. Ahrouch souhaite aussi séparer les hommes et les femmes dans les transports publics.

"Durant les heures de pointe, certaines personnes, surtout d'origine étrangère, profitent du fait que les véhicules sont pleins à craquer pour se +coller+ aux femmes. Ce ne sont pas seulement les femmes musulmanes qui se sentent ainsi humiliées. C'est pourquoi je plaide pour les hommes montent à l'avant et les femmes à l'arrière", a-t-il précisé.

Selon M. Ahrouch, un tiers de la population bruxelloise est musulmane. "Avec ce nom (Islam), nous représentons ce groupe", a ajouté le conseiller communal anderlechtois.

"D'ici douze ans, en 2030, Bruxelles sera principalement composée de musulmans. Et que souhaitez vous: un médiateur ou un extrémiste?" Tous comme les francophones ont le FDF (devenu DéFI, ndlr), il y a maintenant le parti Islam pour les musulmans.

Le parti Islam compte deux conseillers communaux, l'un à Anderlecht, l'autre à Molenbeek.