Enseignement: les syndicats annoncent une grève le 5 mai prochain

Christian Carpentier Publié le - Mis à jour le

Belgique

Les enseignants organiseront une manifestation à Liège, "car c'est la ville des deux ministres en charge de l'enseignement"


BRUXELLES Le front commun syndical dans l'enseignement a décidé jeudi déposer un préavis de grève pour tous les niveaux et réseaux de la Communauté française pour le jeudi 5 mai, a indiqué Eugène Ernst, permanent CSC, confirmant une information de la RTBF.

Ce même jour, les enseignants organiseront une manifestation à Liège, "car c'est la ville des deux ministres en charge de l'enseignement", a ajouté M. Ernst.

Le mot d'ordre de grève vise tous les réseaux, et tous les niveaux, à savoir le fondamental, le secondaire, et le supérieur.

Les syndicats s'entretiendront ce jeudi après-midi à Namur avec la ministre de l'Enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet (cdH), après le rejet mercredi par les syndicats du projet d'accord sectoriel 2011-2012.

Grève et manif après Pâques

La CGSP avait été la première à donner le ton, la semaine dernière, en rejetant l’accord à 70 %. Et une dernière contre-offre du gouvernement de la Communauté française n’y avait rien changé (voir nos éditions de vendredi).

Ce mercredi, la CSC, le Sel-Setca et le SLFP lui ont, sans grande surprise, emboîté le pas, même si, dans le cas du syndicat chrétien, le rejet n’a été acquis qu’à une “légère majorité” .

Un vote pour dire quoi ? Que les syndicats d’enseignants restent unis pour dire non au projet d’accord sectoriel portant sur 2011 et 2012.

De tous côtés, les deux pierres d’achoppement se sont confirmées. La première tient à la revalorisation salariale, jugée trop maigre. Et la seconde concerne la réforme du système des fins de carrière, qui entend reporter le départ possible en préretraite de 55 à 58 ans, avec un lissage progressif possible à partir de 55 ans en fonction du nombre d’années de carrière.

Et à présent, que va-t-il se passer ? “Nous allons rencontrer nos collègues du front commun syndical et leur proposer de nous accorder sur un plan d’actions” , indiquait hier Eugène Ernst, le président de la CSC-Enseignement. “Nous envisageons une journée de grève après Pâques, couplée à une manifestation à Bruxelles, siège de la Communauté française…”

Au cabinet de la ministre de l’Enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet (CDH), on se refusait hier à tout commentaire officiel.

Les syndicats rencontreront la ministre et son collègue Marcourt (PS) ce jeudi après midi, à Namur, pour leur signifier officiellement leur refus.

Une réunion du gouvernement de la Communauté française se sera tenue juste avant. Mais il est peu probable que le team Demotte décide de nouveau de surenchérir sur son offre améliorée de jeudi dernier.

“On a déjà mis 34 millions d’euros sur la table, il est peu probable qu’on puisse aller au-delà” , signalait hier un proche du dossier. “D’autant que nous savons que si nous voulons convaincre les syndicats de retourner consulter leurs bases, il faudra que notre geste soit significatif. Et nous n’en avons pas les moyens…”



© La Dernière Heure 2011
Publicité clickBoxBanner