Belgique

Un éclairage réalisé par nos confrères de La Libre Belgique.

Georges-Louis Bouchez (MR) dépose un texte au conseil communal de Mons. Chastel en ferait autant à Charleroi.

Au fédéral, le MR plaide régulièrement pour une interdiction de ventes d’armes à l’Arabie saoudite. La dernière sortie en date venait du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders qui lançait ce contre-feu, quelque peu embarrassé par la décision belge de laisser siéger ce pays peu connu pour son respect des droits de l’homme à la Commission des droits de la femme des Nations unies.

Beaucoup soupçonnent le MR de vouloir ainsi embêter le PS, au pouvoir en Wallonie. Les socialistes se montrent en effet sensibles à la cause de la FN Herstal dont la Région est propriétaire et qui compte l’Arabie saoudite parmi ses meilleurs clients. Mais une proposition du délégué général du MR, Georges-Louis Bouchez, vient relancer le débat. Le conseiller communal à Mons - la ville du président du PS Elio Di Rupo - a déposé, avec son collègue Richard Miller, une proposition de motion au conseil communal invitant la zone de police à acheter des armes fabriquées en Wallonie. Et ce, en faisant appel à la créativité de chacun pour trouver "une solution légale".

"Priorité à la FN"

"La zone de Mons Quévy a des armes autrichiennes et vient de passer une commande pour se rééquiper d’armes allemandes. Il est assez incompréhensible que la FN ne soit pas choisie prioritairement", explique l’agitateur libéral qui voudrait que la police fédérale en fasse de même. Cela permettrait de remplacer les ventes d’armes wallonnes à l’Arabie saoudite et de préserver ainsi l’emploi à la FN. Selon Bouchez, son président, Olivier Chastel, conseiller communal à Charleroi devrait en faire de même dans sa ville. Il reste à voir comment réagira le PS. Le petit jeu n’est donc pas tout à fait fini. Mais le MR a un coup d’avance.