Belgique Confrontées à l’arrivée de migrants et de passeurs sur leurs aires d’autoroutes depuis un an, les polices locales wallonnes balbutient encore.

Rien d’étonnant à cela, tique Ann Lukowiak, magistrate fédérale. “En Flandre, on a aussi mis du temps pour trouver les solutions pour organiser les contrôles, sécuriser les aires d’autoroute, travailler avec les exploitants de parking…”.

Les policiers locaux sont toutefois une source précieuse pour les enquêteurs. Voyageant forcément léger, les migrants laissent tout derrière eux. Et sur le terrain, certains détails ne trompent pas. Par exemple, un morceau de papier sur lequel est écrit un numéro de téléphone. Repéré plusieurs fois, il peut être celui d’un passeur. Et file à la police judiciaire.

(...)