Belgique Denis Ducarme, ministre de l’Action sociale, veut former les assistants sociaux à détecter la radicalisation de ses allocataires

Mieux détecter les "signaux faibles de radicalisme", qui cumulés, constituent un indice sérieux de la radicalisation. C’est l’une des recommandations rendues par la commission d’enquête attentats, qui est arrivée à son terme le mois dernier. Elle a été inscrite dans le rapport sur l’insistance du député Philippe Pivin (MR), successeur de Denis Ducarme à la Chambre. Devenu ministre de l’Action sociale, ce dernier compte bien faire appliquer ces recommandations.

Ainsi, Denis Ducarme va mettre en œuvre une formation à destination des assistants sociaux dans les CPAS.