Belgique

Allonger la durée de formation des professeurs comme le souhaite le ministre de l'Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt pourrait coûter plus d'un milliard d'euros, selon les calculs du Secrétariat général de l'enseignement catholique (Segec) que Le Soir relaie lundi dans ses pages. La mesure est évaluée à 377 millions d'euros par le cabinet privé McKinsey et à 152 millions d'euros par le ministre de l'Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt. Selon "l'analyse d'impact budgétaire de la formation initiale des enseignants" que Le Soir a consultée, allonger la durée de formation de trois ans actuellement à quatre ou cinq ans (trois années de bac et une année de master, plus une éventuelle année de spécialisation) pourrait coûter 1,115 milliard d'euros d'ici 2060.

L'analyse du Segec prend en compte trois surcoûts. Le premier est celui engendré par l'accès à un barème intermédiaire (dit 401) pour tous les nouveaux enseignants: 416 millions d'euros. Ensuite, la possibilité pour les détenteurs d'un master simple d'ajouter un an de spécialisation à leur cursus et d'accéder à un barème supérieur (501) entraînerait un coût supplémentaire de 625 millions d'euros. Enfin, les professeurs en place pourront aussi suivre le master de spécialisation et accéder au barème supérieur.

L'addition finale afficherait 1,115 milliard d'euros, selon le Segec. Ce coût doit néanmoins être avalisé par des experts extérieurs avant d'être transmis aux parlementaires, écrit Le Soir.

Le cabinet McKinsey avait évalué la mesure à 377 millions d'euros il y a 16 mois. Le ministre Marcourt, lui, table sur 152 millions d'euros net. Il invoque la part croissante depuis plusieurs années d'étudiants optant pour un master complémentaire en sciences de l'éducation, ce qui implique dès lors déjà un coût supplémentaire.