Françoise Schepmans: "On a trop longtemps vécu dans le déni"

Mathieu Ladevèze Publié le - Mis à jour le

Belgique

Pourquoi la plupart des jihadistes/terroristes d'Europe passent par Molenbeek.

Trois arrestations en lien direct avec le massacre de Paris ont eu lieu à Molenbeek-Saint-Jean ce samedi. Sans surprise serait-on tenté d'écrire. Le tueur du musée juif Mehdi Nemmouche, les deux jihadistes présumés tués à Verviers ainsi que le cerveau de la cellule Omar Abaaoud, la soeur du terroriste du Thalys ou, si l'on remonte dans le temps, Abdelkader Belliraj, etc., la très grande majorité des terroristes actifs en Belgique et/ou en France sont tous passés par Molenbeek-Saint-Jean. 

A tel point que cela en fait la base arrière de l'islamisme radical européen. Malgré l'évidence des faits, les élus locaux s'en défendent. "Ils ne viennent pas tous d'ici", assure la bourgmestre Françoise Schepmans, citant à raison certaines communes voisines. 

"Et, la plupart du temps, ils ne sont que de passage." Soit, mais pourquoi tout semble converger vers Molenbeek ? L'hyper-densité de certains quartiers clairement ghettoïsés et la radicalisation galopante d'une partie de la population d'origine maghrébine de Molenbeek (et au délà) permet d'expliquer l'exception aculturelle molenbeekoise : "Dans certains quartiers, la population est très dense, composée de personnes d'origine maghrébine à 80%...  L'anonymat est plus facile pour les gens de passage dotés de très mauvaises intentions", poursuit l'élue libérale. "Ils débarquent aussi dans des quartiers où le terreau de radicalisation est plus fertile pour des raisons aussi simples que l'absence de politique d'accueil et d'intégration durant de nombreuses années. 

"Il aurait fallu être beaucoup plus ferme dès le départ par rapport aux droits et devoirs de chacun, par rapport à cette exigence de participation à la vie quotidienne au sein de la commune." La faillite de l'ère Moureaux ? Nombreux le reconnaissent, parfois sous couvert d'anonymat comme cet élu de gauche : « Le Molenbeek façonné par l'ancien bourgmestre socialiste Philippe Moureaux est un échec flagrant dans le vivre-ensemble. Il fait pourtant bon vivre au quotidien ici. Les gens sont respectueux les uns envers les autres, on ne rencontre pas de difficultés particulières. Pour preuve, cela fait plusieurs années que nous n'avons plus d'émeutes, la période du ramadan se déroule sans problème." Pourtant, Françoise Schepmans n'a jamais cru en ce "laboratoire socio-multiculturel". 

"Nous avons vécu trop longtemps dans le déni. Entre la fin de la période d'immigration au milieu des années 70 et le début des années 2000, la population d'origine maghrébine a quadruplé ici, par le biais du regroupement familial. Encore fallait-il leur expliquer l'essentiel : c'est à dire leurs droits et devoirs vis-à-vis de la société belge. Même s'il fait bon vivre ici, je suis la première à reconnaître les difficultés d'intégration que rencontrent certains Molenbeekois ».

Depuis Charlie Hebdo, où nombre de jeunes Molenbeekois (et autres) issus de l'immigration croyaient dur comme fer en la théorie du complot, vantaient même les 'exploits' des terroristes, Molenbeek a mis en place une formation destinée à repérer la radicalisation violente de ses concitoyens. Policiers, agents de quartier, éducateurs, fonctionnaires communaux, professeurs, etc. ont tous suivi la formation. 

Et cela semble fonctionner. "Avant, tu ne pouvais pas expliquer aux éducateurs qu'il y avait des problèmes de radicalisation dans la commune. Aujourd'hui, tout le monde est hyper vigilant. Cela porte ses fruits. Mais le travail est encore long. Ca va prendre des années."