Belgique

Le chef de groupe PS au parlement wallon Christophe Collignon a dénoncé jeudi, à l'issue du bureau de l'assemblée, les "traficotages arithmétiques" du MR et du cdH pour s'assurer une majorité dans les commissions, mais a assuré ne pas vouloir retarder l'installation du gouvernement wallon. La modification du règlement que prévoient le MR et le cdH pour réduire de douze à dix le nombre de députés effectifs dans les commissions - et s'assurer ainsi une majorité - relève d'une stratégie des "petits arrangements", a déploré M. Collignon, même s'il reconnaît que cette répartition respecte la clé D'Hondt, le critère d'attribution des sièges en fonction du nombre de voix.

"On n'a jamais vu de commissions à dix effectifs. C'est uniquement destiné à ce qu'une majorité aussi courte puisse fonctionner. Mais ce faisant, on limite les députés dans leur capacité de contrôle du gouvernement", a dénoncé le chef de groupe socialiste. "On voit bien que l'arithmétique va compliquer la vie de cette majorité, contrainte de recourir à des traficotages".

Le PS assure pourtant vouloir se montrer constructif pour ne pas retarder l'installation du gouvernement. Pour autant, l'avancée de la grossesse de deux députées de la majorité dont les voix sont nécessaires aux votes de vendredi laisse planer un doute sur le respect de l'agenda. "Il faut distinguer le plan humain et le plan politique, commente M. Collignon. Si un 'petit bout' a décidé de changer le cours de l'histoire, on reportera".


La motion de méfiance votée vendredi

Le Parlement de Wallonie est convoqué vendredi à 13h pour examiner la motion de méfiance constructive contre la majorité PS-cdH et installer la coalition MR-cdH dans la foulée, peut-on lire sur le site de l'assemblée à l'issue d'un bureau du parlement qui s'est tenu ce jeudi matin.

La convocation de la plénière du parlement wallon vendredi à 13h respecte le délai de 48 heures ouvert depuis le dépôt de la motion ce mercredi à 13h. Si, au terme d'un débat qui devrait durer une heure, cette motion est adoptée par une majorité d'au moins 38 voix sur 75 - soit exactement le nombre de députés MR et cdH -, les ministres prêteront serment devant le président du parlement.

Le nouveau ministre-président Willy Borsus (MR) se rendra alors chez le Roi pour prêter serment vers 17h.

Entre-temps, la commission de vérification des pouvoirs du parlement wallon se réunira pour examiner la validité des suppléants des députés devenus ministres. Ces suppléants prêteront serment devant la plénière en milieu d'après-midi (vers 16h).

Un mini-débat s'ouvrira alors sur une proposition de modification du règlement qui doit permettre à la majorité MR-cdH de prendre l'ascendant dans les commissions. Car actuellement, MR et cdH disposent d'un nombre d'effectifs en commission équivalent à celui du PS seul (6 PS, pour 4 MR et 2 cdH, soit 12 effectifs). Le bureau du parlement a décidé ce jeudi de réduire à dix le nombre des effectifs (4 PS, 4 MR, 2 cdH), ce qui donne une majorité à l'"orange bleue".

Le retour du ministre-président Borsus à Namur est envisagé pour 18h30. Il présentera alors sa déclaration de politique générale. Les députés bénéficieront d'une suspension de séance pour préparer leur réplique, qu'ils donneront en soirée (entre 20h30 et 22h30, selon les estimations).